Nuisances des avions: Si chacun reste sur son point de vue, aucune solution possible

« Il faut être lucide, j’ai une certitude, si chacun reste sur son point de vue, il sera impossible de dégager une solution », a indiqué jeudi le Premier ministre Charles Michel au sujet de la problématique des nuisances sonores de l’aéroport de Zaventem qui oppose une logique économique à une logique de santé publique, et partant, la Région flamande à la Région bruxelloise. Je souhaite tout mettre en oeuvre, a dit le Premier ministre, pour rapprocher les points de vue sur les deux enjeux, l’arrêté sur les normes de bruit, dont les Bruxellois veulent lever la tolérance, et la ‘vliegwet’, les routes, quand bien même celles-ci ne résoudraient pas à elles seules le problème. Des groupes de travail sont mis en place en vue de la prochaine réunion du comité de concertation qui se tiendra le 20 février dans le cadre d’une motion en conflit d’intérêt adoptée par la Flandre.

Le député N-VA Bert Wollants a convié le Premier ministre à « prendre le dossier en main ». Il faut un accord aéroportuaire pour sauver les 60.000 emplois en péril, a-t-il dit alors que le secteur a manifesté ses inquiétudes. Selon lui, l’engagement sur cette voie nécessite que soit levée l’épée de Damoclès que constitue la levée de la tolérance aux normes de bruit.

Olivier Maingain (DéFI) a rappelé que les autorités savaient depuis l’arrêté Gosuin de 1999 qu’elles devaient se conformer aux normes de bruit. Elles ont eu tout le temps de s’y préparer. Il a réitéré son appel à une suppression des vols de nuit et à un réaménagement des pistes.

Pour Eric Van Rompuy (CD&V), il convient au contraire d’en revenir à une utilisation des pistes « historiques ».

Le ministre de l’Emploi et de l’Economie Kris Peeters a confirmé que d’après ses services un problème de validité se pose, les normes de bruit n’ayant pas été notifiées à l’Europe.

Le gouvernement fédéral a repris ces normes dans la licence d’exploitation, a répliqué Olivier Maingain. Tout s’est fait en concertation et a été validé jusqu’à la Cour de justice de l’Union européenne, a-t-il ajouté.

Partager l'article

09 février 2017 - 15h35