"Nebel im august" et "Brimstone", des fictions qui dérangent au Ramdam festival

Le film « Nebel im august » (« Brouillard en août ») du réalisateur allemand Kai Wessel a remporté mardi soir le prix de la meilleure fiction de Ramdam, le festival du film qui dérange. « Brimstone » du Néerlandais Martin Koolhoven a quant à lui été désigné fiction la plus dérangeante de cette sixième édition, qui a accueilli plus de 23.000 visiteurs, soit une hausse de fréquentation de 23,5% par rapport à 2016. « Nebel im august » relate l’histoire vraie d’Ernst Lossa, garçon de 10 ans, mature et débrouillard, qui est placé dans un hôme-hôpital malgré sa santé éclatante. Assez vite, il découvre la mission secrète du médecin-chef et de ses infirmiers, guidés par l’idéal nazi de l’arien pur et parfait.

« Brimstone » se situe dans l’ouest américain à la fin du 19e siècle. La vie de Liz, âgée d’une vingtaine d’années, bascule le jour où une homme qui la traque depuis l’enfance lui rend visite.

Le prix du meilleur documentaire a été attribué à « Une jeune fille de 90 ans » de Valéria Bruni-Tedeschi et Yann Coridian tandis que le plus dérangeant était « #Myescape » d’Elke Sasse. Ce dernier raconte le parcours de migrants originaires d’Afghanistan, d’Érythrée, de Syrie, … en quête de sécurité.

Plus de quarante films (fictions et documentaires) ainsi que 19 courts métrages belges et internationaux ont été présentés, avec pour point commun de dénoncer les dysfonctionnements au travers des thèmes économiques, politiques, sociaux, environnementaux… « ‘Regarder le monde différemment’: tel est le message que l’ensemble de l’équipe du Tournai Ramdam Festival a voulu faire passer aux festivaliers et aux invités », ont souligné les organisateurs de l’événement, dont l’actrice Lubna Azabal était la marraine.

Partager l'article

25 janvier 2017 - 07h40