facebook gplus home menu play rss search tlbxl_b tv twitter youtube

Mostra: trois destins face aux horreurs de la guerre, dans "Paradise" de Konchalovsky

Le réalisateur russe Andreï Konchalovsky a proposé jeudi à Venise, dans son film « Paradise », une réflexion personnelle et insolite sur trois destins croisés confrontés aux horreurs de la guerre et des camps de concentration. « Le problème de celui qui fait le mal, c’est qu’il pense souvent faire quelque chose de juste », a déclaré Andreï Konchalovsky en conférence de presse. « Aujourd’hui, je pense à Savonarole, à la Seconde Guerre mondiale, aux bombardements en Iran, en Serbie, en Libye. Tout cela est sans fin parce ceux qui commettent ces actes estiment être dans le vrai », a ajouté le cinéaste de 79 ans.

Déjà présent à la Mostra en 1965 avec « Le Premier Maître », il a été ensuite primé à deux reprises dans la Cité des Doges avec un Grand Prix pour « La Maison des fous » (2002) et avec un Grand Prix du meilleur réalisateur pour « The Postman’s White Nights » (Les nuits blanches du facteur, 2014). En course cette année pour le Lion d’or, son film tourné en noir et blanc, raconte l’histoire de trois personnages: Olga, une aristocrate russe engagée dans la Résistance française (Yuliya Vysotskaya), Jules, un collaborateur français (le Français Philippe Duquesne) et Helmut, un officier allemand de haut rang (Christian Clauss). Grâce à une mise en scène originale, Konchalovsky fait alterner des scènes de leur vie à la fin de la guerre, avec des entretiens de chacun d’eux depuis un hypothétique paradis, d’où ils évoquent, face à la caméra, les événements qui les ont conduits à la mort.

Dans une longue première partie, on voit Olga arrêtée par la police française pour avoir caché des enfants juifs. A la prison où elle est incarcérée, elle rencontre Jules, un fonctionnaire français chargé de la faire parler. Prête à tout pour éviter la torture, Olga propose ses faveurs à Jules qui finit par céder aux charmes de la « belle comtesse ». Mais les espoirs d’Olga s’évanouissent rapidement et elle est envoyée dans un camp de concentration. Dans la seconde partie, le réalisateur plonge les spectateurs dans l’enfer du camp, où les scènes dures et violentes ne manquent pas. La route d’Olga croise celle d’Helmut, un officier SS de haut rang autrefois follement amoureux d’elle. Entre eux, la passion se rallume et Helmut propose à Olga de la faire évader. Mais là encore, la désillusion est au rendez-vous.

Pour Andreï Konchalovsky, une pensée du philosophe allemand Karl Jaspers en 1946 éclaire le film: « Ce qui est arrivé constitue un avertissement (…). Cela a pu arriver et peut encore arriver à tout moment. Ce n’est qu’en connaissant le passé qu’on peut l’empêcher de se reproduire ». « L’holocauste a été tellement banalisé qu’aujourd’hui un jeune qui voit 200 personnes en pyjama à rayures ressent la même chose que lorsque moi je regarde une représentation de Nabucco », l’opéra de Verdi évoquant l’épisode biblique de l’esclavage des juifs à Babylone, a expliqué le réalisateur russe. « Je voulais me détacher de cela pour parler surtout de la méchanceté de la nature humaine, qui est éternelle et se régénère tous les jours », a conclu le cinéaste.

Abonnez-vous à nos newsletters

Fil d'actu Toutes les dépêches

23 janvier 2017 Le judiciaire passe avant la prévention depuis les attentats à Bruxelles

Les zones de police locales se concentrent sur le volet judiciaire des enquêtes liées au terrorisme depuis les attentats à Bruxelles, au détriment du travail de prévention, a indiqué lundi Frédéric Somville, officier de la police féd lire plus

Belga

23 janvier 2017 Un morceau inédit de Georges Michael pourrait voir le jour

Le producteur Naughty Boy, qui travaillait avec Georges Michael sur un nouvel album juste avant sa mort en décembre dernier, a annoncé dans une interview à la BBC qu’il « n’excluait » pas de sortir un titre inédit du chanteur anglais. « Le titre est incroyable, quoique l lire plus

Belga

23 janvier 2017 Les sex toys plus sûrs que les jouets

Les sex toys contiennent moins de matières dangereuses que les jouets des enfants, a indiqué lundi l’autorité d’inspection des produits chimiques suédoise, qui a eu l’idée de faire la comparaison. En 2015, ce régulateur avait passé au crible un lire plus

Belga

23 janvier 2017 Inde: bientôt un traitement quotidien gratuit pour les tuberculeux

Les tuberculeux auront bientôt droit à un traitement quotidien gratuit en Inde, qui compte à elle seule un quart des personnes souffrant de la tuberculose dans le monde. La Cour suprême a en effet imposé lundi au gouvernement l’administration plus rapprochée d lire plus

Belga

23 janvier 2017 Intempéries – Vigilance renforcée sur les routes wallonnes

Les usagers sont invités à rester prudents et vigilants s’ils doivent emprunter la route dans la nuit de lundi à mardi, en raison de prochaines chutes de neige, avertit lundi la Cellule d’Action Routière (CAR), composée du Centre Régional de Crise de Walloni lire plus

Belga

23 janvier 2017 La production d'énergies renouvelables a diminué en 2016, selon la Creg

Le volume de production des énergies renouvelables éolienne et solaire a diminué de 6,3% en 2016, ressort-il d’une note annuelle de la Commission de régulation de l’électricité et du gaz (Creg), diffusée lundi. La production d’énergie nucl lire plus

Belga

http://www.vivreici.be/
http://www.hlcoiffure.com/
http://www.celini.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.cocof.be/
http://www.rtbf.be/vivacite/
http://www.stib-mivb.be/