Les rappeurs s'en prennent à Trump aux Grammys

Plusieurs rappeurs ont décidé d’étriller Donald Trump dimanche lors des Grammy Awards, se servant de la cérémonie des prix musicaux pour dénoncer la politique anti-immigrés du président américain. Le légendaire groupe de rap A Tribe Called Quest, les chanteurs de hip-hop expérimental Anderson .Paak ou encore Busta Rhymes ont été les artistes qui se sont livrés aux prestations les plus chargées politiquement de la soirée.
Busta Rhymes a par exemple qualifié Donald Trump d' »agent orange », une double référence au teint du président républicain et aux ravages causés par ce défoliant durant la guerre du Vietnam.
« Je veux juste remercier le président agent orange qui perpétue tout le mal que tu as perpétué », a-t-il lancé en recevant un prix.
« Nous nous rassemblons! Nous les gens! » a encore crié le rappeur, tandis que des artistes passaient à travers un mur, référence à celui que Donald Trump veut construire à la frontière avec le Mexique.
Plusieurs dizaines de personnes, dont certains portaient des voiles, marchaient également silencieusement vers la scène pendant la prestation.
Celle de A Tribe Called Quest a également été très commentée. Les pionniers du rap ont clôturé une intervention par le cri « Résistez! Résistez! Résistez! », après avoir fait lever le poing à des artistes noirs et mis en scène des policiers évoquant des nazis.
Les artistes se servent désormais systématiquement de ce genre de rassemblements comme des plateformes pour dénoncer la politique du nouveau président américain.

Partager l'article

13 février 2017 - 07h25