"Le triplé ? Faut pas rêver !"

Tim Wellens (Lotto-Soudal) le dit lui même, remporter l’Eneco Tour pour la troisième fois consécutive la semaine prochaine est une mission quasiment impossible, ou en tout cas très difficile… « Mais c’est une épreuve qui me convient à tous points de vue », prévient-il quand même. « Je dois cependant avouer que ma condition n’est pas aussi bonne que l’an dernier, lorsque j’avais réussi le doublé. Après le Canada je n’ai en effet pas été très fringant au GP de Wallonie (110e à plus de 16 minutes, ndlr). Peut-être parce que je n’avais pas les bonnes jambes, ou à cause des fatigues du voyage. Je ne sais pas »

« Et puis le parcours me convient en outre moins bien. L’étape de La Redoute que j’appréciais tellement a en effet été supprimée. Heureusement le contre-la-montre par équipes est plutôt à notre avantage », poursuit le Limbourgeois de 25 ans. « On a une très forte équipe qui doit pouvoir briller dans cet exercice. Le contre-la-montre individuel se disputera lui sur le même parcours complètement plat qu’en 2014. J’aime moins mais je ne m’en fais pas trop. Si j’ai les bonnes jambes ce jour là, cela ira… »

« L’étape des Ardennes se termine cette fois sur le plat à Lanaken, et il sera donc plus difficile d’y creuser des écarts définitifs. Je regarde donc plutôt vers la finale à Grammont. Je considère en effet la dernière étape comme la plus importante. Mais il faudra aussi tenir compte des bonifications et du contre-la-montre. De toute façon on y verra déjà plus clair après la 2e étape contre le chrono. Je saurai alors quel rôle je peux espérer jouer au classement général… ».

Wellens aura pour équipiers Lars Bak, Tiesj Benoot, Jens Debusschere, Frederik Frison, André Greipel, Jürgen Roelandts et Marcel Sieberg.

Partager l'article

17 septembre 2016 - 13h35