Le studio de Luc Besson joue son avenir avec "Valérian"

EuropaCorp, la mini « major » cinématographique de Luc Besson, a publié mercredi une perte nette record annuelle de 119,9 millions d’euros (129,55 millions de francs) à cause de difficultés aux Etats-Unis. Elle joue son avenir avec la sortie de « Valérian », plus gros budget du cinéma français. Le groupe va se concentrer à l’avenir sur les films d’action et de science-fiction et a noué des partenariats pour résoudre ses problèmes de distribution aux Etats-Unis, ont indiqué à l’AFP ses dirigeants. Ils espèrent voir les comptes revenir dans le vert dès cette année.

La perte publiée « est largement due à la contre-performance des films en anglais », a souligné Marc Shmuger, directeur général
d’Europacorp. Les mauvais résultats au box office de « Ma Vie de Chat », « Oppression », « Miss Sloane » ou « The Circle » ont notamment débouché sur des pertes.

Mais pour les analystes du courtier Gilbert Dupont, c’est quitte ou double: Valérian, au budget estimé à quelque 190 millions d’euros, est le « potentiel sauveur ou fossoyeur du groupe », estiment-ils dans une note.

Le film qui doit sortir le 21 juillet aux Etats-Unis et le 26 juillet en Belgique « est un gros enjeu commercial pour Europacorp,
mais nous pensons que ce dernier a de sérieuses chances de remporter un vif succès », poursuivent-ils.

Europacorp assure que le risque financier lié au film est maîtrisé. « Le film a été prévendu à 90% du budget, seulement 10% est de la responsabilité d’Europacorp » qui garde la propriété d’une majorité du film, a relevé Edouard de Vésinne.

Europacorp compte cette année sur les sorties de 5 films en anglais et 7 films en langue française, ainsi que des séries pour se refaire.

Partager l'article

28 juin 2017 - 14h35