Le gouvernement flamand veut adapter l'ordre protocolaire

Le gouvernement flamand veut adapter l’ordre protocolaire belge. Actuellement, les ministres-présidents des entités fédérées arrivent loin après le Premier ministre, ce qui ne correspond plus à la logique actuelle, estime-t-il. « Les différentes réformes de l’Etat et le contexte institutionnel modifié demandent en effet une adaptation. Les représentants des entités fédérées veulent être placés à égalité, ou juste après leurs collègues fédéraux », a indiqué vendredi le ministre-président flamand Geert Bourgeois, annonçant qu’il mettra la question à l’ordre du jour du comité de concertation. La demande flamande d’adapter le protocole intrabelge n’est pas neuve. Elle est d’ailleurs reprise dans l’accord de gouvernement flamand. Mais à l’entame de la présente législature, elle avait été accueillie fraîchement par le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders. « Peut-être pourrons-nous en discuter lors de la douzième réforme de l’Etat », avait-il commenté en novembre 2014.
Le gouvernement flamand veut cependant quand même porter le sujet au comité de concertation et a préparé une note dans ce sens. Pour le moment, le centre de gravité protocolaire se trouve au fédéral. Tous les représentants fédéraux des pouvoirs législatifs et exécutifs se suivent, et viennent avant les représentants des entités fédérées.
L’idée de la Flandre serait que les ministres-présidents arrivent juste après le Premier ministre, et un vice-ministre-président après un vice-premier ministre.

Partager l'article

31 mars 2017 - 22h10