facebook gplus home menu play rss search tlbxl_b tv twitter youtube

Le Burundi déclare persona non grata trois experts de l'ONU

Les autorités du Burundi ont déclaré persona non grata trois experts des droits de l’homme des Nations unies, qui avaient accusé le gouvernement de Bujumbura d’être responsable de « violations graves » des droits et prévenu de risques de génocide. Dans un courrier envoyé par le ministre des Affaires étrangères Alain Aime Nyamitwe et consulté par l’AFP, le gouvernement burundais fait part de sa décision, qui prend effet immédiatement.
Le porte-parole de l’ONU Stéphane Dujarric a exprimé la désapprobation des Nations unies face à cette interdiction qui vise le Colombien Pablo de Greiff, le Sud-Africain Christof Heyns et l’Algérienne Maya Sahli-Fadel.
« Il est crucial que le Burundi et tout autre pays coopèrent totalement avec le mécanisme de protection des droits de l’homme de l’ONU, y compris en travaillant avec ceux qui le représentent », a souligné M. Dujarric.
Il y a quelques jours, Bujumbura a annoncé avoir entrepris de se retirer de la Cour pénale internationale (CPI), ceci une semaine après l’ouverture d’une enquête de l’ONU sur les violations présumées des droits de l’homme commises dans le pays depuis avril 2015.
La procureure de la CPI a elle-même lancé en avril un examen préliminaire sur des meurtres, tortures et viols notamment, dans ce pays de la région des Grands lacs, tandis que le 20 septembre, un rapport de l’ONU a accusé Bujumbura d’être responsable de graves violations des droits, systématiques et constantes.
Ce rapport –rédigé par les trois experts bannis– avait en outre mis en garde contre de possibles « crimes contre l’humanité » et un « grand danger de génocide ».
Le Burundi est plongé dans une grave crise depuis que le président Pierre Nkurunziza a annoncé en avril 2015 sa candidature à un troisième mandat, qu’il a obtenu en juillet de la même année au terme d’une élection boycottée par l’opposition. Les violences ont fait plus de 500 morts et poussé plus de 270.000 personnes à quitter le pays.
Le Conseil de sécurité de l’ONU doit discuter de cette crise jeudi, et entendre notamment un rapport de son envoyé dans le pays Jamal Benomar.

Abonnez-vous à nos newsletters

Fil d'actu Toutes les dépêches

16 janvier 2017 CAN 2017 – La RD Congo bat le Maroc et prend la tête du groupe C

La RD Congo a battu le Maroc 1-0 dans le deuxième match de la première journée du groupe C de la Coupe d’Afrique des Nations de football (CAN 2017) lundi soir à Oyem, au Gabon. Junior Kabananga (ex-Anderlecht, Beerschot, Roulers et CS Bruges) a inscrit l’unique but du mat lire plus

Belga

16 janvier 2017 Yémen: 10.000 civils tués, selon l'ONU dont l'envoyé a rencontré le président

Le médiateur des Nations unies pour le Yémen s’est rendu lundi à Aden pour s’entretenir avec le président Abd Rabbo Mansour Hadi, au moment où l’organisation internationale a estimé que 10.000 civils avaient été tués depuis mars 2015, a lire plus

Belga

16 janvier 2017 Publifin – Claude Parmentier a reçu plus de 153.000 euros brut comme administrateur de Nethys

Claude Parmentier, chef de cabinet adjoint du ministre wallon des Pouvoirs locaux, Paul Furlan, a touché depuis le 28 juin 2013 plus de 153.000 euros brut, comme administrateur de Nethys SA (Voo, BeTV, L’Avenir…), la société opérationnelle de l’intercommunale Publifin, lire plus

Belga

16 janvier 2017 L'Arabie saoudite optimiste quant à l'arrivée de Trump

L’Arabie saoudite est « optimiste » quant à l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche et « a hâte de travailler » avec sa nouvelle administration, a assuré lundi le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel Al-Jubeir. « Lorsque nous voyons les gran lire plus

Belga

16 janvier 2017 "Troubled times", le nouveau clip anti-Trump du groupe Green Day

Le groupe de punk rock américain Green Day a relancé ses attaques lundi contre le président élu des Etats-Unis Donald Trump, avec un clip de sa chanson « Troubled Times » présageant un régime autoritaire et un pays à feu et à sang. Dévoil lire plus

Belga

16 janvier 2017 Hollande: l'UE "n'a pas besoin de conseils extérieurs pour lui dire ce qu'elle a à faire"

Le président français François Hollande a fermement répliqué lundi au président élu américain Donald Trump, qui a critiqué l’Union européenne, déclarant que celle-ci n’avait « pas besoin de conseils extérieurs pour lu lire plus

Belga

http://www.vivreici.be/
http://www.hlcoiffure.com/
http://www.celini.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.cocof.be/
http://www.rtbf.be/vivacite/
http://www.stib-mivb.be/