L'AWSR invite à choisir la fin d'un spot de sensibilisation sur une campagne vitesse

L’Agence Wallonne pour la Sécurité Routière (AWSR), qui s’interroge sur l’efficacité de l’humour ou des images choquantes pour marquer les esprits des conducteurs, va proposer pour la première fois deux versions d’une même campagne pour inviter les conducteurs à ralentir. A travers notamment une plateforme en ligne (ralentissezsinon.be) les spectateurs auront, pendant le mois d’avril, l’occasion de choisir le message auquel ils sont sensibles. Actuellement, près de 300 personnes meurent par an sur les routes wallonnes dans des accidents liés à la vitesse. L’objectif européen est d’atteindre moins de 200 personnes d’ici 2020. « Les dernières statistiques sont très bonnes pour la Wallonie présentant une baisse de 10% des accidents liés à la vitesse entre 2015 et 2016 », indique Dominique Verlaine, chef de cabinet adjoint du ministre wallon en charge des Travaux publics et de la Sécurité routière, Maxime Prévot.
Outre agir sur l’infrastructure et sur l’évolution des véhicules, agir sur le comportement des usagers est essentiel. « Beaucoup de personnes estiment que rouler vite est encore acceptable », rappelle Anne Salmon, directrice du département communication et sensibilisation de l’AWSR. « La vitesse est responsable d’un accident sur trois en Wallonie », ajoute-t-elle.
Jusqu’ici les campagnes de sensibilisation en Wallonie n’ont jamais proposé de contenu choquant, mais l’AWSR s’interroge sur l’efficacité de ces campagnes qui ont montré des résultats dans d’autres pays. Afin d’évaluer la sensibilité des conducteurs et pour savoir comment orienter ses futures campagnes, l’AWSR propose un double spot, « sur base d’une même histoire de début, les spectateurs sont invités à choisir la fin qu’ils préfèrent, soit sur un ton humoristique, soit une fin dramatique », précise Anne Salmon.
La campagne sera diffusée en partie à la télévision, mais aussi sur les 300 panneaux d’affichage le long des autoroutes, tout en renvoyant systématiquement vers la plateforme en ligne, où les utilisateurs pourront visualiser et voter pour le contenu qu’ils souhaitent.

Partager l'article

31 mars 2017 - 06h35