La Wallonie réforme le financement des hôpitaux en les responsabilisant davantage

Le gouvernement wallon a approuvé jeudi un nouveau système de financement des infrastructures hospitalières destiné à lever les incertitudes du système hérité du fédéral et à rationaliser les structures (-25% du nombre de lits), « tout en maintenant un cadre propice à des soins de santé de qualité ». D’un subventionnement via avances, la Région passe à la facturation d’un prix maximal d’hébergement à la journée. Ce prix d’hébergement, fruit d’un calcul complexe, sera indolore financièrement pour le patient, puisque le prix maximum facturable correspond au montant pris en charge par la mutualité en tiers payant, a souligné le ministre wallon de la Santé Maxime Prévot.

Il a l’avantage de responsabiliser les hôpitaux qui supporteront le risque d’investissement et seront ainsi amenés à ajuster au mieux leurs futurs projets de construction à leurs capacités d’accueil des patients.

Parallèlement, il encouragera les collaborations entre institutions hospitalières via un « financement responsable » pour des projets communs (cuisine commune, pharmacie commune, appareils médicaux lourd en commun, etc).

Les capacités d’investissement régionales seront à terme de 418 millions d’euros par an. Compte tenu d’une réduction progressive du nombre de lits de 25%, elles s’élèveront à 313,5 millions d’euros en rythme de croisière.

Les programmes d’investissement qui seront proposés par les hôpitaux seront repris dans un « plan de construction » gouvernemental. Chaque programme est établi pour 5 ans. Les hôpitaux wallons seront invités à y entrer progressivement en fonction de l’état de leurs infrastructures.

Partager l'article

23 juin 2016 - 16h20