La Pologne s'incline sur la tombe du cinéaste Andrzej Wajda

Messages de Walesa et de Polanski, présence du président Duda et de son prédécesseur Komorowski, ainsi que de plusieurs grands acteurs: la Pologne a rendu mercredi un dernier hommage au maître de son cinéma Andrzej Wajda, inhumé à Cracovie. Le célèbre metteur en scène est mort dimanche soir à Varsovie à l’âge de 90 ans. « Trois générations ont été élevées sur les films de Wajda. Pour des millions de Polonais, moi y compris, vous vivrez toujours dans vos oeuvres cinématographiques indestructibles », a écrit Lech Walesa dans une lettre lue avant la messe funèbre.
Roman Polanski a lui aussi envoyé une lettre. « Je suis désolé de ne pouvoir participer personnellement à ce dernier adieu en raison des circonstances », a-t-il écrit, faisant allusion à la procédure d’extradition vers les Etats-Unis, relancée par un appel extraordinaire du ministre polonais de la Justice et dont l’examen est en cours à la Cour suprême.
Polanski a évoqué l’amitié de plus de 60 ans avec Wajda, qui l’avait impressionné par « son énergie juvénile et son audace qu’il a gardées jusqu’à la fin ». « Ton amour de la vérité, de l’authenticité, ton attention portée au moindre détail m’ont fait une grande impression et ensuite j’ai essayé de t’imiter », a écrit Polanski.
Le président polonais Andrzej Duda, qui n’était pas venu à la messe célébrée pour Wajda mardi à Varsovie, était présent mercredi à l’église des Dominicains à Cracovie, mais n’a pas pris la parole.
Andrzej Wajda étant proche de l’opposition actuelle, ses vues politiques ont été évoquées en pointillé par le président des éditions catholiques, Znak Henryk Wozniakowski.
« Ceux qui avaient le privilège de le rencontrer en privé savaient avec quel courage il résistait au poison de l’amertume qu’il ressentait ces temps derniers face à la politique et la vie publique, qui étaient à l’opposé de ses espoirs et de sa vision de la Pologne », a dit Wozniakowski.
L’ancien chef de l’Etat Bronislaw Komorowski, a regretté devant les journalistes que la Pologne n’ait pas offert à Wajda de funérailles nationales, « qu’il avait méritées mille fois ».
« Il avait été mon maître pendant de longues années, et à la fin il est devenu mon frère aîné plein de sagesse », a confié, visiblement ému, l’acteur Daniel Olbrychski, qui a tourné dans 13 films de Wajda.
L’urne contenant les cendres du cinéaste, couverte par un bouquet de roses rouges, a été déposée dans le tombeau de sa famille au cimetière de Salwator, sur une colline verte dans la partie ouest de Cracovie.

Partager l'article

19 octobre 2016 - 22h30