Haute couture: Jean Paul Gaultier aux champs, Elie Saab sur les rives du Nil

Évasion et nostalgie étaient au rendez-vous des défilés de haute couture mercredi à Paris, Jean Paul Gaultier proposant une escapade champêtre pop, tandis qu’Elie Saab célébrait l’héritage culturel et artistique de l’Egypte. Devant son public d’inconditionnelles, dont Catherine Deneuve, Jean Paul Gaultier a fait défiler des belles des champs pop. Elles ont les cheveux tressés et parsemés d’épis de blé. Pas du style baba cool, elles se promènent sur des sandales à plateformes aux couleurs vives, et du fard à yeux vert, jaune ou rouge. Elles portent des fichus soyeux avec d’élégants tailleurs pantalons. L’inspiration hispanique est présente aussi dans cette collection, avec un boléro à paillettes noir porté sur une brassière à coquelicots et un chapeau rouge. L’univers de la movida et d’Almodovar n’est pas très loin, avec une jupe de flamenco accompagnée d’un blouson de motard. D’autres silhouettes évoquent plutôt les îles, avec des imprimés de fleurs façon paréo. Marguerites, coquelicots et tournesols parsèment cette collection printemps-été: sous forme de bijoux, d’imprimés, de broderies.

Les classiques de Jean Paul Gaultier sont bien là: la marinière se métamorphose en une blouse à dentelles et épaules dénudées, accompagnée d’une jupe crayon à la taille haute ceinturée. Le corset se porte au-dessus d’un débardeur en dentelle, avec un pantalon fluide, ou se transforme en robe sirène rose poudré.La mariée, pieds nus, virevolte tel un papillon blanc dans une robe dont les manches en dentelles s’ouvrent comme des ailes. Un jeune homme, torse nu dans sa salopette en jean, l’emmène dans sa brouette pleine de blés.

Elie Saab a rendu hommage à l' »héritage culturel et artistique inestimable » de l’Egypte. Les robes de princesses orientales, tout en transparences et brillances, côtoient des ensembles faits de pantalons et de traînes. Le créateur a notamment été inspiré par l’âge d’or de la musique et du cinéma égyptien et arabe des années 1940-60. Les femmes ont les yeux surlignés de khôl et un bandeau dans les cheveux. L’allure allie sophistication et force. Des broderies représentent les palmiers de la ville de Doumyat, des motifs inspirés de la calligraphie arabe recouvrent des étoffes.

Partager l'article

26 janvier 2017 - 07h20