facebook gplus home menu play rss search tlbxl_b tv twitter youtube

Gambie: le président décrète l'interdiction immédiate du mariage des enfants

Le président gambien Yahya Jammeh a décrété l’interdiction, avec effet immédiat, du mariage des enfants dans son pays, menaçant de prison ferme les fiancés et parents qui ne respecteraient pas cette décision, dans une déclaration diffusée jeudi par les médias publics. « A compter d’aujourd’hui, 6 juillet, le mariage des enfants est illégal et est interdit en Gambie », a déclaré M. Jammeh, qui s’exprimait mercredi lors d’une audience accordée à des dignitaires musulmans.
Désormais, a-t-il ajouté, « quiconque épouse une fille n’ayant pas atteint l’âge de 18 ans fera 20 ans de prison. Les parents de la fille feront 21 ans en prison et toute personne ayant connaissance de ce mariage et ne l’ayant pas signalé aux autorités fera 10 ans de prison. L’imam et tous ceux qui dirigeront la cérémonie de mariage seront également envoyés en prison ».
Il a souligné que le mariage forcé était illégal, par conséquent interdit avec effet immédiat, qu’il concerne des mineurs ou des adultes. Même si la personne contrainte de se marier « a 40 ans, c’est illégal. Quiconque sera découvert en train de forcer son enfant à épouser une autre personne sera emprisonnée », a-t-il averti.
La Constitution gambienne stipule que le mariage concerne des adultes consentants mais aucune disposition légale n’incrimine le mariage forcé.
Dans sa déclaration, Yahya Jammeh a affirmé avoir donné des instructions aux députés pour formaliser cette décision et passer une nouvelle loi dans ce sens avant le 21 juillet, veille du 22e anniversaire de son régime.
Fin novembre 2015, Yahya Jammeh avait décrété l’interdiction de l’excision en Gambie, soulignant que cette pratique – très répandue dans plusieurs pays africains – n’était pas dictée par l’islam et devait être abolie.
Un mois plus tard, le Parlement a adopté une loi réprimant pénalement les mutilations génitales féminines. Les contrevenants sont désormais passibles de peines de prison pouvant aller jusqu’à trois ans et d’une amende de 1.300 dollars (1.200 euros).
Parvenu au pouvoir par un coup d’Etat sans effusion de sang le 22 juillet 1994, Yahya Jammeh a été ensuite élu en 1996, puis constamment réélu depuis. Il dirige d’une main de fer la Gambie, petit Etat anglophone d’Afrique de l’Ouest enclavé dans le territoire du Sénégal, hormis sa façade sur l’Atlantique.

Abonnez-vous à nos newsletters

Fil d'actu Toutes les dépêches

24 janvier 2017 Publifin – Claude Parmentier ne sera plus bourgmestre en septembre

Claude Parmentier, l’ex-chef de cabinet adjoint du ministre Paul Furlan, qui avait démissionné la semaine dernière en raison du montant jugé excessif de ses rémunérations comme administrateur à titre privé de Nethys (Publifin), abandonnera son lire plus

Belga

24 janvier 2017 10 ans plus tard, Manu Chao revient avec trois nouvelles chansons

Voilà bien longtemps que l’on n’avait plus entendu parler de Manu Chao. Après une décennie de silence, le chanteur de « Me Gustas Tu » revient avec trois nouveaux titres. Dix années déjà se sont écoulées depuis que Manu Chao, le chanteur fran lire plus

Belga

24 janvier 2017 Policiers profiteurs – Le ministre Jambon a tu une partie de l'audit, dénonce une députée CD&V

Le ministre de l’Intérieur Jan Jambon a tu à une parlementaire les passages d’un audit qui mettent au jour des dépenses injustifiées à l’étranger de policiers en charge du rapatriement de personnes en situation illégale en Belgique, a dénonc lire plus

Belga

24 janvier 2017 Une expédition va vérifier si l'Everest a vraiment rapetissé

Une expédition scientifique se rendra sous peu au mont Everest pour mesurer si le toit du monde a très légèrement diminué lors du séisme qui a frappé le Népal il y a deux ans. Des relevés satellites indiqueraient que le tremblement de te lire plus

Belga

24 janvier 2017 G-B: le Parlement devra être consulté sur l'activation du Brexit

Le Parlement devra être consulté sur l’activation du Brexit, a indiqué mardi la Cour suprême britannique. Les onze juges ont confirmé la décision de la Haute Cour de Londres selon laquelle le déclenchement de l’article 50 du Traité de Lisbonne -q lire plus

Belga

24 janvier 2017 Le chef du Pentagone assure de "l'engagement inébranlable" de Washington envers l'Otan

Le secrétaire américain à la Défense James Mattis a assuré lundi ses alliés de l’Otan de « l’engagement inébranlable » de Washington envers l’alliance militaire pourtant qualifiée d' »obsolète » par le nouveau président Donald Trump. lire plus

Belga

http://www.vivreici.be/
http://www.hlcoiffure.com/
http://www.celini.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.cocof.be/
http://www.rtbf.be/vivacite/
http://www.stib-mivb.be/