Sur BX1 TV Maintenant : "Renaissance : Le doublage des feuilles"

DoucheFLUX inaugure un vaste centre de jour pour démunis à deux pas de Bruxelles-Midi

Un an pour rechercher un bâtiment, un an de travaux, près de 2 millions d’euros issus de la société civile investis: c’est un projet d’ampleur que l’ASBL DoucheFLUX a officiellement présenté ce mercredi. Le centre de jour pour démunis dont elle rêvait pour « permettre aux précaires de se refaire une beauté et de redresser la tête » est enfin opérationnel. Installé 84, rue des Vétérinaires à Anderlecht, dans le quartier de la gare du Midi, il compte 20 douches, un salon-lavoir, 450 consignes ainsi que de nombreux espaces lumineux et conviviaux où l’association propose diverses activités pour retrouver l’estime de soi. « Notre principe: être des facilitateurs de réinsertion », a résumé dans une salle comble Laurent d’Ursel, président de DoucheFLUX. L’idée développée avec et pour les sans-abri de Bruxelles est de « combler les lacunes observées. Nous avons fait un audit et constaté que certains services n’existaient pas ou pas en quantité suffisante », a-t-il expliqué. « Vous ne trouverez ainsi pas de quoi manger ici: c’est le seul service qui existe en suffisance. »
Concrètement, les douches sont disponibles du mardi au vendredi de 8h30 à 12h00 et le samedi de 11h30 à 14h30 au prix de 1 euro. Un lavoir et des consignes sont également accessibles en journée (jusqu’à 17h00 en semaine et 15h00 le samedi) à des prix de 1 à 2 euros, ainsi que des permanences médicales et psychosociales.
Au-delà de ces services, l’association va poursuivre dans son nouveau bâtiment de 650 m2 et ailleurs les activités qu’elle propose depuis 2012, dont la rédaction d’un journal, la conception d’une émission de radio (diffusée sur Radio Panik), l’organisation de films-débats, de rencontres dans les écoles, etc.
Un guichet d’informations en ligne pour aider les personnes précaires à trouver les services sociaux dont elles ont besoin est également en cours de réalisation.
Parrain de l’association avec l’artiste française Elina Dumont, le dessinateur Philippe Geluck s’est dit « fier » de DoucheFLUX. « Nous inaugurons un bâtiment pas tout à fait terminé. Nous attendons le petit coup de pouce des pouvoirs publics », a-t-il ensuite glissé, devant la ministre fédérale du Budget Sophie Wilmès et le ministre bruxellois de l’Aide aux personnes Pascal Smet. Céline Frémault, ministre bruxelloise de la Lutte contre la pauvreté, était également attendue mais a dû se faire excuser.
Si DoucheFlux repose jusqu’ici totalement sur des fonds privés, l’ASBL vise en effet à terme un tiers de recettes propres, un tiers de dons ou fonds de sponsors et un tiers de subsides. Sans nouvel apport d’argent, son avenir est compromis, a indiqué à Belga Benjamin Brooke, son coordinateur administratif et financier.

Partager l'article

26 avril 2017 - 04h00