Diables Rouges – "Chypre, c'est vital !", avoue le sélectionneur Roberto Martinez

Le nouveau sélectionneur des Diables Rouges Roberto Martinez n’a perdu ni son sourire, ni son entrain, ni sa volonté d’imposer un nouveau style à l’équipe belge, après la débâcle, 0-2, de jeudi soir contre l’Espagne en match amical au Stade Roi Baudouin. « Il a été très direct dès le retour au vestiaire », racontait samedi midi Romelu Lukaku dans la salle d’interview du complexe sportif de Neerpede, où l’Espagnol était précisément attendu. « Chacun sait maintenant à quoi s’en tenir. En deux mots on doit fonctionner en équipe et ne pas jouer chacun son petit match individuel dans son coin. Et si on ne le fait pas il y a d’autres joueurs prêts et capables de prendre le relais… »

« L’Espagne, on oublie ! », a de son côté d’emblée déclaré Roberto Martinez à son arrivée dans la salle. « J’ai bien noté et trié toutes les informations recueillies lors de ce match contre la Roja dont je rappelle qu’il devait avant tout précisément servir à établir un état des lieux. Mais place maintenant au duel de mardi soir (20h45) à Chypre (comptant pour la 1e journée du Groupe H de la Zone Europe des éliminatoires du Mondial-2018, ndlr). Il est vital, important, capital, etcetera. Je suis d’ailleurs dans un noeud. D’une part il me faut du temps pour mettre en place le nouveau style que je veux imposer à l’équipe mais de l’autre, les résutats, c’est tout de suite. Donc il va falloir trouver des compromis… »

« Les joueurs sont conscients de l’enjeu », a poursuivi Roberto Martinez, « mais aussi des exigences du public qui leur a bien fait comprendre son mécontentement et qu’il faut donc à présent reconquérir. On a en effet besoin de lui. La pression est là mais l’obligation de gagner aussi. Or ce ne sera certainement pas facile. J’ai visionné le match de l’année passée et sans un exploit d’Eden Hazard à la 86e minute, on ne gagnait pas (0-1, ndlr). Heureusement les nouvelles concernant Marouane (Fellaini) et Thomas (Vermaelen) sont très bonnes. Je pourrai en principe compter sur eux, et aussi sur Romelu (Lukaku), même s’il n’est pas encore à 100%. Vu son gabarit, c’est normal, mais je le sens quand même capable de remplir son rôle… », conclut Roberto Martinez.

Partager l'article

03 septembre 2016 - 16h35