Chili: la veuve de Pinochet nie tout détournement de fonds publics

La veuve du dictateur chilien Augusto Pinochet (1973-1990), Lucia Hiriart, a nié devant la justice tout détournement de fonds publics lors de la vente d’immeubles par la fondation qu’elle présidait. « Tout l’argent de cette vente est allé au patrimoine de (la fondation) Cema-Chile. A aucun moment ces fonds n’ont été détournés à des fins personnelles, que ce soit pour moi ou ma famille », a déclaré Mme Hiriart, âgée de 94 ans, selon des extraits de sa déposition devant le juge publiés jeudi par le journal chilien El Mercurio. « Aucun centime ne passait par moi », a-t-elle ajouté devant le juge Guillermo de la Barra, qui l’avait interrogée le 14 décembre à son domicile de Santiago.

Créée au départ pour proposer des formations professionnelles aux femmes au foyer, la fondation, dont Mme Hiriart était présidente il y a encore quelques semaines, a peu à peu laissé de côté son caractère social pour devenir une base d’appui au régime Pinochet et une juteuse activité immobilière. En décembre 2015, le ministère des Biens nationaux avait porté plainte pour récupérer 134 propriétés transférées gratuitement à la fondation, dont 118 ont été jusqu’à présent estimées à environ 120 millions de dollars.

Entre 2009 et 2015, selon la justice, la fondation aurait vendu 36 immeubles pour un prix de 18,4 millions de dollars. L’enquête a également révélé que la fondation avait versé directement à Mme Hiriart 50.000 dollars pour financer une partie de la défense de son mari lorsqu’il était détenu à Londres entre octobre 1998 et mars 2000. L’ex-dictateur est mort d’un infarctus à 91 ans en décembre 2006, sans jamais avoir été jugé pour la répression exercée durant son régime, qui a fait plus de 3.200 morts selon des chiffres officiels.

Partager l'article

29 décembre 2016 - 16h55