Canada: la ministre réfugiée afghane est en fait née en Iran

Saluée par le Premier ministre Justin Trudeau comme la première ministre d’origine afghane au Canada, Maryam Monsef a avoué jeudi qu’elle était plutôt née en Iran, cherchant à étouffer une polémique sur son lieu de naissance. La ministre a expliqué que sa mère était à l’origine du malentendu pour ne lui avoir jamais dit, ni à ses deux soeurs, qu’elles étaient nées en Iran quand ses parents s’y étaient réfugiés.
Mme Monsef a dit avoir interrogé sa mère après que le quotidien Globe and Mail a révélé le véritable lieu de naissance de la ministre.
« Mes soeurs et moi avons demandé à notre mère pourquoi elle ne nous avait jamais dit que nous étions nées en Iran », a-t-elle précisé.
« Elle nous a répondu qu’elle ne croyait pas que c’était significatif. Nous étions citoyennes afghanes, et puisque nées de parents afghans, en vertu de la loi iranienne, nous ne serions pas considérées comme citoyennes iraniennes, malgré le fait que l’on y soit nées. »
La ministre des Institutions démocratiques, à bientôt 31 ans, est la plus jeune membre du conseil des ministres.
Mme Monsef a expliqué qu’on lui avait laissé entendre durant toute sa vie qu’elle était née à Hérat, en Afghanistan, mais qu’elle était, en fait, née à Mashad, en Iran, à 200 km de la frontière afghane.
Le Premier ministre a souvent cité le parcours personnel de Mme Monsef pour vanter les mérites du multiculturalisme canadien, celui d’une jeune réfugiée afghane, intelligente, qui a fui son pays à dos d’âne pour trouver refuge au Canada et y refaire sa vie.

Partager l'article

23 septembre 2016 - 07h25