Brexit – "UE, on t'aime": quelques milliers de personnes à Trafalgar Square contre le Brexit

Brandissant des drapeaux de l’Union européenne et scandant « UE, on t’aime », quelques milliers de personnes se sont rassemblées mardi en fin d’après-midi sur la mythique place Trafalgar Square de Londres pour protester contre le Brexit « Non au Brexit! « , ont lancé les participants sous une pluie battante, tandis qu’ont été jouées des versions pop et dance de « l’Ode à la joie » de Beethoven, l’hymne officiel de l’UE.
L’ambiance est joyeuse et la foule, notamment composée de jeunes et de familles, chante « Hey Jude » des Beatles en terminant le célèbre « lalalala » avec l’acronyme « EU » (« UE » en anglais).
Certains s’en prennent à l’Ukip, le parti anti-immigration et europhobe, ou à l’ancien maire de Londres Boris Johnson, chef de file des Brexiters et cité comme successeur potentiel du Premier ministre conservateur David Cameron. « Boris, on t’emmerde », entend-on.
Le résultat du référendum « m’a rendue triste et c’est ce que je voulais exprimer, ainsi que ma colère », a déclaré Carolyn Berry, une enseignante de 53 ans, inquiète quant à la situation du pays, avec un Cameron démissionnaire et des turbulences économiques.
« On va de désastre en désastre. Il n’y a pas de gouvernement, l’opposition est en train d’imploser, c’est effrayant », a-t-elle ajouté, croisant les doigts pour que le Royaume-Uni reste finalement, malgré le référendum, dans le giron européen.
« Espérons qu’ils n’invoqueront jamais l’article 50 » du traité de Lisbonne, qui déclenche la procédure de sortie d’un Etat membre de l’UE, a-t-elle dit.
La manifestation a également réuni des immigrés venant de l’UE, à l’instar d’Andrea Ruiz-Pratoitalo, un illustratrice espagnole de 29 ans vivant depuis neuf ans dans le pays.
Le Brexit « fait peur, ça va complètement changer le pays », craint-elle, une pancarte « Restons ensemble, non à la xénophobie » à la main.
Les manifestants ont ensuite marché jusqu’au Parlement, à qui ils ont demandé de bloquer le retrait de l’UE, tout en continuant à s’en prendre à Boris Johnson, mais aussi au leader de l’Ukip, Nigel Farage, en criant, sur le ton de l’humour à destination de la France: « Du fromage, pas de Farage! « .
Ce rassemblement illustre les divisions d’un pays groggy après la victoire du Brexit au référendum sur la place du Royaume-Uni dans l’UE, jeudi.

Partager l'article

28 juin 2016 - 22h45