Avec "Silence", Martin Scorsese signe un film âpre sur la foi

Avec « Silence », en salles mercredi, le réalisateur américain Martin Scorsese livre un film austère et très personnel sur la foi et la spiritualité, à travers l’histoire de deux missionnaires jésuites au Japon au XVIIe siècle. Longue fresque dépouillée de 2H39, « Silence » est adapté du roman éponyme de l’écrivain catholique japonais Shusaku Endo (1966), qui décrit le déchirement de missionnaires jésuites, pris de doute dans leur foi devant le « silence de Dieu » face au martyre infligé aux convertis japonais par les Shoguns, gouverneurs militaires.

« Silence » suit deux jésuites portugais, interprétés par Andrew Garfield (« The Social Network », « The Amazing Spider-Man ») et Adam Driver (« Girls », « Star Wars, épisode VII: le Réveil de la Force »).

Partis au Japon sur les traces de leur mentor, le père Ferreira (Liam Neeson), à une époque où les chrétiens sont victimes de persécutions dans ce pays, ces deux missionnaires vont devoir vivre dans la clandestinité auprès de ces « chrétiens cachés » (« kakure kirishitan »).

Tout au long de leur terrible voyage, leur foi va être soumise aux pires épreuves.

Martin Scorsese, 74 ans, a expliqué se sentir « très proche de cette histoire » qui « aborde sérieusement » le thème de la « spiritualité », lors d’une conférence de presse de présentation du film à Paris mi-janvier.

« Je n’ai rien à cacher. Ce film, c’est ce que je suis aujourd’hui », a ajouté le réalisateur oscarisé de « Taxi Driver », de culture catholique, qui s’était déjà intéressé à la religion dans « La Dernière tentation du Christ ».

Partager l'article

03 février 2017 - 16h00