Attaque chimique en Syrie: l'armée syrienne "dément catégoriquement"

L’armée syrienne a démenti toute implication dans l’attaque chimique présumée qui a tué mardi des dizaines de personnes dans une localité rebelle du nord-ouest du pays. « Le commandement de l’armée dément catégoriquement avoir utilisé toute substance chimique ou toxique à Khan Cheikhoun aujourd’hui (mardi) », a indiqué l’armée dans un communiqué publié par l’agence officielle Sana. Le document ajoute que l’armée syrienne « n’en a jamais utilisé, à aucun moment, à aucun endroit et ne le fera pas dans l’avenir ».

Une attaque chimique présumée a fait au moins 58 morts, dont 11 enfants, et quelque 170 blessés mardi dans la ville de Khan Cheikhoun (province d’Idleb, nord-ouest), selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Cette province est en quasi totalité contrôlée par une alliance de rebelles et de djihadistes, notamment ceux de l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda.

En réagissant à cette attaque chimique présumée, des pays comme les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne ont pointé du doigt le régime de Bachar al-Assad. Mais l’armée syrienne a assuré mardi que les rebelles étaient responsables de la tragédie. « Les groupes terroristes et ceux qui les soutiennent sont responsables d’avoir utilisé des substances chimiques et toxiques et d’avoir été négligents avec les vies de civils innocents », a-t-elle indiqué dans son communiqué.

Partager l'article

04 avril 2017 - 19h00