facebook gplus home menu play rss search tlbxl_b tv twitter youtube

Amos Gitaï remonte le fil du temps: "Yitzhak Rabin, chronique d'un assassinat"

Le cinéaste israélien Amos Gitaï remonte le fil du temps dans la Cour d’honneur du Palais des Papes et dans une exposition à Avignon (sud-est) avec « Yitzhak Rabin, Chronique d’un assasinat ». « Je pense que la mémoire est un agent actif, que le cinéma, le théâtre, les expositions témoignent des traces de cette mémoire », a indiqué le cinéaste à l’AFP. Vingt ans après la mort de l’artisan des accords d’Oslo, « la seule alternative au pouvoir actuel c’est cet homme mort », souligne-t-il. « Alors, il faut parler de ses idées, qui sont la modération, la réconciliation, des gestes vis-à-vis de l’autre et pas seulement des phénomènes qui traversent tout le Moyen-Orient, où chaque groupe, avec son dieu particulier ne regarde que son intérêt particulier ».

« Chronique d’un assassinat », donné en première mondiale dimanche soir dans la Cour d’honneur, s’appuie sur le témoignage sensible de Leah Rabin, la femme du Premier ministre tué de trois balles tirées à bout portant à la sortie d’un rassemblement pour la paix par un extrémiste juif, le 4 novembre 1995. Sur scène, elles sont quatre femmes à lui rendre hommage. Une comédienne palestinienne, Hiam Abbass, et sa consoeur israélienne Sarah Adler racontent la journée fatale. Elles sont la voix de Leah Rabin, pour qui sa mort est « à la fois une tragédie personnelle et une catastrophe historique sans précédent pour le pays ».

Deux musiciennes, la pianiste Edna Stern et la violoncelliste Sonia Wieder Atherton, ainsi qu’un choeur de la région, apportent un contrepoint musical. L’an dernier, Amos Gitaï avait réalisé un film, « Le dernier jour d’Yitzhak Rabin », une contre-enquête sur l’assassinat. « C’était la commission d’enquête qui n’a jamais eu lieu, parce que la commission officielle nommée tout de suite après l’assassinat a mené ses investigations surtout sur les échecs de la sécurité, de la police, des services secrets mais ils n’ont jamais abordé la question de la motivation », explique-t-il.

La pièce, plus intime, est resserrée sur le témoignage de la femme de Rabin. Mais elle aborde aussi le climat politique extrêmement tendu de l’époque, les attaques haineuses dont Rabin était l’objet. La veille de l’assassinat, une cinquantaine de manifestants d’extrême droite massés devant son domicile privé avaient menacé Leah Rabin, seule dans la maison, de « la pendre par les pieds avec son mari comme Mussolini et sa maîtresse ». L’assassin, Yigal Amir, un étudiant proche des milieux d’extrême droite, était parmi eux. Parallèlement à la pièce, une exposition est présentée à la Collection Lambert d’Avignon, après Rome et avant Bruxelles. La pièce doit être reprise au Lincoln Center de New York.

« Il faut faire exister cette mémoire », souligne Amos Gitaï. « Je sais que je touche une corde sensible de la société israélienne. Il y a quelques jours, au festival de Jérusalem, le ministre de la Culture a accusé les artistes israéliens d’être le cheval de Troie de l’ennemi ». Le message « civique » d’Amos Gitaï ne se borne pas à son pays: « Chez nous comme chez vous, la circulation de la haine marche très bien pour être élu, c’est un phénomène mondial, qu’on voit à l’oeuvre aux Etats-Unis avec Donald Trump, en Europe, en Israël, au Moyen Orient », dit-il. Il ne renonce pourtant pas à l’espoir. A la toute fin de la pièce, l’arabe et l’hébreu résonnent comme un poème dans la Cour d’honneur, un poème qui se clôt sur un seul mot: shalom, salam.

Abonnez-vous à nos newsletters

Fil d'actu Toutes les dépêches

18 janvier 2017 Les institutions de soins privées bruxelloises réunies au sein de GIBBIS

La Fédération des hôpitaux privés de Belgique (FHPB) et la Coordination bruxelloise d’institutions sociales et de santé (CBI) ont acté mercredi leur fusion sous leur nouveau nom: GIBBIS (Gezondheidinstellingen Brussel Bruxelles Institutions de Santé). lire plus

Belga

18 janvier 2017 Le fils du Grand-Duc de Luxembourg, le prince Louis, divorce

Le prince Louis et la princesse Tessy de Luxembourg ont décidé de divorcer, annonce mercredi le palais grand-ducal de Luxembourg dans un communiqué. Le prince Louis est le troisième fils du Grand-Duc Henri et de la Grande-Duchesse Maria Teresa. « Dans ces circonstances dou lire plus

Belga

18 janvier 2017 Publifin – Le holding porte plainte pour calomnie contre Gemenne

Le holding financier public liégeois Publifin, au cœur d’un scandale pour la manière dont certains élus locaux y ont été rémunérés dans des organes consultatifs, a confirmé mercredi qu’il portait plainte pour calomnie contre Fran lire plus

Belga

18 janvier 2017 Le président mauritanien en route pour Banjul "pour une solution de la crise en Gambie"

Le chef de l’Etat mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, était en route mercredi pour Banjul, selon une source officielle mauritanienne, pour tenter d’obtenir « une solution de la crise en Gambie » où le président sortant Yahya Jammeh conteste sa défaite électorale et lire plus

Belga

18 janvier 2017 WikiLeaks – Assange prêt à se rendre aux USA, si ses droits sont garantis

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange se dit prêt à se rendre aux Etats-Unis, où il fait face à de lourdes accusations, à condition que ses droits soient garantis, a annoncé mercredi le site internet. M. « Assange est prêt à venir aux Etats-Uni lire plus

Belga

18 janvier 2017 Turquie: le renforcement d'Erdogan, "grave menace" pour la démocratie, selon HRW

La réforme constitutionnelle qui vise à étendre les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan saperait tout contre-pouvoir et menacerait les droits de l’Homme en Turquie si elle était adoptée, a déclaré mercredi Human Rights Watch (HRW). Le te lire plus

Belga

http://www.vivreici.be/
http://www.hlcoiffure.com/
http://www.celini.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.cocof.be/
http://www.rtbf.be/vivacite/
http://www.stib-mivb.be/