Rénovation de la chaussée d’Alsemberg : l’opposition dénonce l’organisation de la consultation

En cette période de crise sanitaire, la consultation s’est tenue en ligne.

Dès l’année prochaine, un vaste chantier de rénovation touchera une partie de la chaussée d’Alsemberg, à Uccle. Environ 1,5 km est concerné, entre les carrefours Globe et Coghen. En tant que gestionnaire du chantier, la Stib et Bruxelles Mobilité ont organisé une consultation virtuelle des riverains. 181 personnes y ont participé. Selon cette consultation, seuls 10% des riverains se sont opposés aux rénovations prévues.

Mais le projet reste vivement critiqué par Emmanuel De Bock (Défi), dans l’opposition. “À peine 181 personnes ont répondu, je n’appelle pas cela une consultation populaire (…) Où cette consultation a-t-elle été annoncée ?”, s’interroge-t-il auprès de nos confrères de la DH. La consultation a eu lieu en ligne, ce 13 mai en début de soirée. “Quid de la fracture numérique ? Les 181 votes sont finalement un échec, alors que plus de 3 000 habitants sont concernés directement par le réaménagement de la chaussée d’Alsemberg.

Emmanuel De Bock demande “une vraie consultation population papier un prochain week-end sur le parvis Saint-Pierre avec un registre des habitants pour qu’on ne décide pas à la place des habitants.”

► Lire aussi | Chaussée d’Alsemberg : une consultation qui réjouissait la ministre de la Mobilité

Au parlement, il a interrogé la ministre de la Mobilité, Elke Van den Brandt, sans obtenir de réponses satisfaisantes selon lui. “Je demande une vraie consultation des habitants. On ne sait pas si les gens habitent vraiment le quartier. La Stib n’a pas vérifié. Une grande consultation avec seulement 2% de répondants, je n’appelle pas ça une réussite.”

Rédaction

Partager l'article

20 mai 2020 - 09h03