Pour la Plateforme citoyenne, la limitation des demandes d’asile sature le réseau d’accueil

La limitation du nombre d’enregistrements de demandeurs d’asile à 60 par jour maximum, appliquée depuis jeudi par l’Office des étrangers, provoque une saturation anticipée du réseau d’accueil, estime vendredi Mehdi Kassou, porte-parole de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés. Contactée par Belga, la porte-parole de l’Office des étrangers a confirmé cette adaptation sur ordre du secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, Theo Francken (N-­VA).

► Lire aussi : Theo Francken limite les demandes d’asile à 60 par jour

La priorité est donnée aux personnes vulnérables dont les familles, les malades et les personnes âgées, précise la porte-parole, confirmant une information des quotidiens La Libre, La Dernière Heure et Het Laatste Nieuws. “Depuis juillet dernier, le nombre de demandes d’asile augmente régulièrement et en novembre, 2.750 personnes ont introduit une demande”, détaille l’Office des étrangers.

“Ces dernière semaines, on a enregistré entre 100 et 110 personnes par jour. Cette hausse est notamment due à un afflux de Palestiniens qui fuient la bande de Gaza depuis le mois d’août. Depuis octobre dernier, ils sont la deuxième nationalité la plus représentée parmi les demandeurs d’asile après les Syriens, ce qui est inédit. Outre les Afghans et Irakiens, nous enregistrons également des demandes d’asile de personnes issues d’Amérique latine, ce qui n’était pas le cas en début d’année.”

Cette limitation a déjà un impact sur l’accueil à la Porte d’Ulysse, le centre d’hébergement de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés à Haren, explique Mehdi Kassou. “Des personnes qui auraient dû être réparties dans le réseau d’accueil Fedasil, après leur enregistrement à l’Office des Etrangers, se retrouvent sans solution d’hébergement et viennent à la Porte d’Ulysse. Dans les jours qui viennent, nous nous attendons à une hausse de 10%. A l’arrivée de l’hiver, cette restriction d’enregistrements à l’Office provoque une saturation anticipée du réseau d’accueil.”

► Les détails dans notre 18h avec David Courier

Belga

Partager l'article

23 novembre 2018 - 15h16