Les dossiers de la rédaction : l’éclairage public au LED, une idée pas si lumineuse que ça

Bruxelles Mobilité et Sibelga sont les gestionnaires de l’éclairage public des rues bruxelloises. Si la Wallonie a clairement affiché son plan lumière et son intention de remplacer tous ces luminaires par des LED pour 2025, à Bruxelles, on préfère prendre son temps.

Bruxelles Mobilité est gestionnaire de l’éclairage des voiries régionales, soit à peu près 20% du parc. De son côté, aucun plan lumière n’a été clairement décidé. “Dès qu’un projet est introduit par la Région, nous réfléchissons à voir comment nous pouvons en profiter pour renouveler l’éclairage public, explique Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles Mobilité. Pour le moment, seul 10% de notre parc utilise la technologie LED.”

Par contre, Bruxelles Mobilité tente d’en profiter pour à chaque fois mettre un éclairage intelligent. Ainsi, dans le tunnel de la Porte de Hal, un variateur d’intensité a été placé. A distance, via un poste de contrôle, il est possible d’augmenter ou de réduire l’intensité de l’éclairage. Par exemple, si la circulation est moindre comme à 3h du matin, l’éclairage sera plus faible. Et si un accident s’est produit, la police peut augmenter la luminosité afin de rendre les lieux plus sûrs. Très prochainement, les luminaires devraient détecter tout seul s’ils doivent briller plus ou moins fort.

4% du parc renouvelé chaque année

Du côté de Sibelga, on gère les éclairages sur les voiries communales, soit 80% du parc de la Région bruxelloise. Ici aussi, on n’a pas vraiment de plan lumière à proprement parlé mais le gestionnaire a tout de même décidé de renouveler chaque année 4% de son parc. Sibelga s’occupe des poteaux, des éclairages en façade, des câbles suspendus. La distance moyenne entre chaque luminaire est de 19 mètres ce qui représente un parc de 81.563 luminaires sur 1.553 km de voiries. L’éclairage public équivaut à 1% de la consommation d’électricité dans la Région et 95% du réseau est déjà équipé d’ampoules économiques. La consommation annuelle est donc de 48 millions de kWh.

Autant dire que diminuer la facture, cela intéresse la Région, les communes et le gestionnaire du réseau. Cependant, Sibelga n’a pas voulu se lancer dans le LED dès le départ. “Nous avons préféré mettre des ampoules à basse consommation dans un premier temps car la technologie LED était onéreuse et pas forcément fiable, explique Iris Fostiez, porte-parole de Sibelga. Il faut savoir que la durée de vie de nos installations est en moyenne de 25 ans. Or, pour les LED, nous sommes à 15 ans. Mais à présent, nous n’avons plus le choix puisqu’une directive européenne impose de remplacer les éclairages économiques par du LED.”

Alors est-ce vraiment rentable de mettre des LED? Pour Sibelga, la question semble délicate. En terme financier, l’opération a un coût : 16,4 millions par an pour changer 4% du parc. Un poteau LED coûte en moyenne 200 euros de plus qu’un éclairage économique. Et il faut le remplacer plus souvent. “Par contre, entre un éclairage économique et un LED, on diminue la consommation d’électricité de 20%, précise Sibelga. Pour un vieil éclairage, la différence est de 40%. Comme la Wallonie n’a quasi pas de poteaux économiques, on comprend l’urgence à mettre des LED mais cela n’est pas le cas chez nous.”

Faire des économies grâce à l’éclairage intelligent

Connaître le montant réel des économies relève du décodage d’un boulier chinois. Sibelga ne connaît pas exactement le prix du kWh ni l’amortissement de ses installations car il faudrait regrouper plusieurs postes qui servent dans plusieurs cas. Là où le gestionnaire pense faire des économies substantielles, c’est en plaçant des éclairages intelligents. Les nouveaux poteaux indiqueront quand leur intensité diminue pour que les équipes techniques puissent intervenir plus rapidement. Ils sont aussi pré-programmés et leur intensité peut être réglée tout comme les éclairages de la Porte de Hal.

“Nous sommes en train d’effectuer des tests aussi à l’approche des carrefours dangereux pour les cyclistes et des passages piétons, ajoute Iris Fostiez. Quand un piéton est en approche pour traverser, alors l’intensité de l’éclairage augmente. Nous allons voir si cela réduit le risque d’accident.” Six passages sont en phase de test à Woluwe-St-Pierre et Bruxelles Mobilité a mené les mêmes pour les cycliste à la Porte de Ninove. Les résultats sont attendus dans le premier semestre 2020.

Bientôt, les lampadaires pourront aussi détecter les voitures pour devenir plus puissants à cet instant. Entre 2h et 6h du matin, l’intensité sera aussi moins forte afin de ne pas empêcher les riverains de dormir.

Sibelga n’oublie pas non plus les animaux. Des éclairages plus rouges sont placés à proximité des espaces verts où logent des chauves-souris pour ne pas les éblouir. Et afin d’être encore plus respectueux de l’environnement, Sibelga prévoit d’utiliser de l’électricité 100% verte dès 2022.

Vanessa Lhuillier – Photo: BX1