Laurent Henquet (MR): “La pénibilité du métier d’enseignant est un fait”

M. Henquet préconise dès lors au fédéral de fixer la pension des enseignants à 64 ans, au lieu des 67 prévus par la réforme du ministre des Pensions Daniel Bacquelaine (MR).

Allonger la carrière des enseignants nuirait à leur santé comme à la qualité de l’enseignement, estime vendredi le député francophone Laurent Henquet (MR) dans les colonnes de La Libre Belgique. D’après lui, “la pénibilité du métier d’enseignant est un fait“.

M. Henquet préconise dès lors au fédéral de fixer la pension des enseignants à 64 ans, au lieu des 67 prévus par la réforme du ministre des Pensions Daniel Bacquelaine (MR). Ce dernier planche pour le moment sur la définition de critères objectifs de pénibilité dans le cadre de sa réforme. Il n’est toutefois pas question que le ministre détermine directement les professions pénibles et celles qui ne le sont pas, explique-t-on à son cabinet. Le métier pénible devrait être établi sur base de quatre critères: travail physique lourd, organisation du travail pesante (équipe, travail de nuit), risque de sécurité accru et charge mentale et émotionnelle.

L’avant-projet de loi de Daniel Bacquelaine “relatif à la reconnaissance de la pénibilité de certaines fonctions” a été discuté lors du dernier conseil des ministres de 2017, mais pas approuvé.

Belga

Partager l'article

12 janvier 2018 - 11h00