Découvrez   

Décès d’un étudiant suite à un baptême : la VUB refuse l’accès au campus à l’étudiant impliqué

L’étudiant de la Vrije Universiteit Brussel (VUB) impliqué dans le décès de Sanda Dia après un baptême n’est temporairement pas le bienvenu sur le campus. L’université lui refuse l’accès physique au campus et lui interdit de participer à des cours où il y a interaction avec d’autres étudiants, selon une information de Bruzz.

Le 5 décembre 2018, le cercle étudiant Reuzegom avait commencé le rituel de baptême de Sanda Dia et de deux autres “bleus”, des étudiants encore non baptisés. Le cérémonial avait débuté à Louvain avant de se poursuivre dans un chalet de Vorselaar. L’état de Sanda Dia s’était alors sensiblement détérioré après avoir consommé en large quantité de l’alcool et de l’huile de poisson. L’étudiant de 20 ans était décédé à l’hôpital le 7 décembre. Il souffrait notamment d’hypothermie et de défaillance de plusieurs organes.

>> Décès d’un étudiant de la VUB : l’université entreprend des démarches disciplinaires (01/09)

Ce baptême impliquait un étudiant de la VUB, à l’encontre duquel l’établissement a décidé d’entamer une procédure disciplinaire. Pour l’instant, il peut poursuivre ses études mais des précautions ont été mises en place en attendant le résultat de la procédure. L’étudiant se voit ainsi refuser l’accès physique au campus de la VUB. Par conséquent, il n’est pas autorisé à participer à des cours où il y a interaction entre les étudiants, comme des travaux pratiques et des séminaires.

Pour l’instant, les cours en ligne sont la norme à la VUB. Il existe toutefois des exceptions pour les travaux pratiques et les séminaires.

Aucune nouvelle sanction pour l’étudiant louvaniste, survivant du baptême fatal à Sanda

Un étudiant louvaniste, qui a survécu au baptême qui a entraîné la mort de l’étudiant Sanda Dia, n’obtiendra aucune nouvelle sanction dans le cadre de la deuxième procédure disciplinaire entamée en septembre par la KULeuven, a fait savoir ce lundi son avocat Kris Luyckx. Ce dernier représente les intérêts de deux étudiants de Bruxelles et Louvain qui ont participé au baptême du cercle Reuzegom.

Ce lundi, la KULeuven a annoncé que sept étudiants avaient été sanctionnés à l’issue d’une nouvelle enquête disciplinaire, adoptant une sanction plus lourde, mais les étudiants ont fait appel. En 2019, une même procédure avait déjà eu lieu. D’après les informations disponibles à l’époque, les élèves impliqués ont reçu une peine de travail communautaire et ont dû rédiger un document.

De nombreuses critiques, émanant de divers milieux, ont été formulées à l’encontre de la première série de mesures disciplinaires jugées trop légères. La KULeuven s’est ensuite constituée partie civile dans le dossier Reuzegom et a ainsi eu accès au dossier pénal. “Sur la base de nouveaux éléments dans le dossier que la KULeuven a pu examiner, l’université a décidé qu’aucune nouvelle sanction n’était nécessaire à l’encontre de mon client dans le cadre de cette seconde procédure disciplinaire” lancée en septembre dernier, a indiqué l’avocat Kris Luyckx.

Avec les nouvelles sanctions, nous pensons que la prise de conscience au sein de la KULeuven s’est accrue alors qu’en décembre 2018 on parlait davantage d’un accident regrettable ou d’une négligence. Nous espérons en outre que les universités, et pas seulement la KULeuven, prendront des mesures structurelles contre ces cercles étudiants“, a pour sa part expliqué l’avocat Jan Fermon, l’un des conseils de la mère de Sanda Dia.

Belga 

Partager l'article

04 janvier 2021 - 18h55
Modifié le 04 janvier 2021 - 18h56