Découvrez   

Accord sur les jours de congé dans les maisons de repos bruxelloises

Bruxelles : Les travailleurs des maisons de repos voudraient 3 jours de congés en plus - BX1

Un accord a été conclu dans le secteur des maisons de repos bruxelloises, se réjouit mardi le front commun dans un communiqué. Syndicats et employeurs s’opposaient sur l’octroi d’un jour de congé extra-légal supplémentaire, ce qui avait conduit au dépôt d’un préavis de grève fin octobre.

Les négociations avaient permis cet été d’obtenir 23 jours de congé pour 2018 et 24 jours pour 2019, rappelle le front commun. “Nous avions toujours répété que les financements dégagés permettaient d’octroyer un jour de congé supplémentaire mais la fédération des employeurs des maisons de repos privées bruxelloises était toujours restée sourde à cette revendication.”

La fédération Femarbel, qui représente 60% des résidences bruxelloises, a entériné lundi la convention ouvrant la porte à un 25e jour de congé dès 2019, se réjouissent les organisations syndicales, qui attendent désormais la signature du protocole d’accord conclu en août. Celui-ci “permettrait d’aller vers la gratuité des transports bruxellois pour les travailleurs, le paiement d’une prime unique en 2019, l’augmentation de la prime syndicale et l’ouverture des discussions sur une nouvelle classification de fonctions“, se félicite le front commun.

 

Au mois d’octobre, les organisations syndicales du secteur non marchand avaient déposé un préavis de grève et d’actions pour les maisons de repos bruxelloises. Femarbel, l’organisation qui fédère les maisons de repos et de soins commerciales, avait d’abord refusé d’approuver une amélioration des conditions de travail de ses employés, malgré un accord signé entre gouvernement bruxellois et partenaires sociaux. Femarbel compte parmi ses membres des poids lourds du secteur comme Orpea, Senior Living Group (Korian), Armonea ou encore Anima Care.

Ce rejet de l’accord non marchand par Femarbel avait suscité la colère et l’incompréhension du côté des syndicats.

La Région bruxelloise compte 200 maisons de repos dans le secteur privé et 150 sont concernées par le préavis. 7.000 personnes travaillent dans les maisons de repos de la capitale

Lire aussi ►Les travailleurs des maisons de repos bruxelloises en front commun : les actions sont finalement suspendues

Avec Belga – Photo : Belga/Maxime Anciaux

Partager l'article

11 décembre 2018 - 12h15
Modifié le 11 décembre 2018 - 13h07