Les fusions entre les plus petites communes flamandes ne seront plus récompensées

Le ministre flamand de l’Intérieur Bart Somers (Open Vld) a préparé un nouveau plan de fusion pour les communes, qui a reçu le feu vert du gouvernement flamand. Les rapprochements entre communes de moins de 20.000 habitants ne seront désormais plus récompensés, lit-on dimanche dans De Zondag. Le plan Somers prévoit également une reprise de dette plus importante par le gouvernement flamand en fonction de la taille de la commune fusionnée. Désormais, une opération de fusion d’au moins 20.000 administrés recevra ainsi 200 euros par habitant sous forme de reprise de dette. Le montant sera de 300 euros pour un rapprochement concernant 25.000 personnes, puis de 400 et 500 euros pour 30.000 et 35.000 habitants.
Le plafond pour une fusion sera porté de vingt à cinquante millions d’euros. Les communes liant leur destinée auront également deux échevins supplémentaires au cours de la première législature et encore un autre au cours de la seconde.
Sous le précédent gouvernement flamand, il y a eu sept fusions volontaires. Bart Somers souhaite au moins doubler ce nombre au cours de cette législature. D’après le ministre, la crise du coronavirus a démontré une fois de plus l’importance d’administrations locales fortes. “Nous avons déjà beaucoup demandé aux autorités locales et nous devrions leur transmettre encore plus de compétences. Mais nous nous heurtons à cette échelle limitée. Mettre en place des universités d’été, des garderies, des centres de triage, ça demande beaucoup. Les petites communes risquent de se noyer par manque d’influence.”

Partager l'article

12 juillet 2020 - 08h57