L’occupation des sans-papiers prolongée d’un mois à l’ULB

Les sans-papiers logent dans le réfectoire de l’ULB sur le campus de La Plaine à Ixelles.

Cette prolongation  a été annoncé lundi par Ophélie Boffa, porte-parole de l’université, à l’issue d’une réunion en début d’après-midi entre des représentants des occupants, le vice-recteur Alain Levêque et Nicolas Dassonville, le chef de Cabinet de la rectrice Annemie Schaus. Cette dernière a proposé dans l’après-midi au conseil académique une motion de soutien aux revendications des sans-papiers, qui a été approuvée à l’unanimité.

L’occupation a débuté le 8 février dernier dans le restaurant. À leur arrivée, les sans-papiers ont été avertis que des travaux de réaménagement en vue de la rentrée prochaine devaient commencer le 1er mai. À l’échéance, le chantier a été décalé d’un mois.

À (re)voir | ULB, VUB, Eglise du Béguinage : 700 sans-papiers entament une grève de la faim

La semaine passée, un local situé sur le campus du Solbosch d’environ 150 mètres carrés et d’une capacité d’une trentaine de personnes, a été proposé en alternative aux sans-papiers. La capacité autorisée au réfectoire était de 70 personnes. Des relais étaient organisés jusqu’au dimanche 23 mai, date du début de la grève de la faim. Depuis lors, quelque 140 personnes occupent le lieu en permanence.

Trouver une solution satisfaisante pour toutes les parties

Le souhait des autorités est de continuer à accueillir l’occupation, le soutien aux sans-papiers comptant dans les valeurs fondamentales de l’université, mais dans des locaux qui n’entravent pas son bon fonctionnement et le réfectoire est le seul à disposition des étudiants de l’ULB sur le campus de La Plaine. Des réunions seront organisées courant juin pour dégager une solution satisfaisante pour toutes les parties.

Un représentant des sans-papiers de l’ULB s’est dit satisfait du nouveau délai accordé. À ce groupe d’environ 140 personnes, s’ajoutent quelque 76 personnes dans le réfectoire de la VUB (Vrije Universiteit Brussel) et près de 250 autres à l’église du Béguinage.

À lire aussi | Plusieurs sans-papiers hospitalisés suite à leur grève de la faim

Tous les adultes font la grève de la faim, mais pas les enfants, qui sont comptés dans ces chiffres. Des ambulances sont appelées quotidiennement ces derniers jours sur les trois sites pour surveiller l’état de santé des grévistes de la faim. Plusieurs dizaines d’entre eux ont déjà été transportés à l’hôpital.

Ils n’avaient pas droit à des aides de l’Etat. Leur situation était horrible

Les occupants réclament des critères clairs de régularisation pour les personnes en situation irrégulière sur le territoire belge et la mise en place d’un comité indépendant pour juger des différents dossiers. “Les sans-papiers ont été sévèrement touchés pendant la crise sanitaire car ils travaillaient dans des métiers qui ont été mis à l’arrêt comme les restaurants, les marchés,…“, explique un représentant des occupations. “Ils n’avaient pas droit à des aides de l’Etat. Leur situation était horrible“.

Belga

Partager l'article

31 mai 2021 - 20h21
Modifié le 31 mai 2021 - 20h21