Jean-Marc Nollet : “La prolongation des deux centrales nucléaires n’est pas complètement acquise”

La prolongation des deux centrales nucléaires dépendra de la négociation avec Engie. C’est ce qu’a déclaré le coprésident d’Ecolo, Jean-Marc Nollet dans +d’Actu.

La prolongation des réacteurs de Tihange 3 et Doel 4 au-delà de 2025 a été approuvée en avril. Une décision qui fait suite à l’invasion russe en Ukraine. “On se base systématiquement sur le rapport des experts. Elia, qui est le gestionnaire du réseau qui fait les calculs et qui soumet au gouvernement de manière trimestrielle dans la négociation l’état de la situation, nous disaient, y compris encore en décembre, qu’il n’y avait pas de soucis. La guerre en Ukraine a basculé le raisonnement et à faire dire qu’il faut peut-être rouvrir cette question-làexplique Jean-Marc Nollet.

À voir aussi : Repousser la sortie du nucléaire, pour l’Ecolo Olivier Deleuze, c’est “parfaitement normal”

Mais selon lui, ça ne veut pas dire que tout est fait. “Heureusement, il y a d’autres possibilités parce que la négociation est en cours et on voit bien que la position d’Engie pour l’instant ne facilite pas les choses. Ce n’est pas sûr qu’on prolonge. Il y a un mandat, des négociations. Alexander De Croo et Tinne Van der Streaten rencontrent, à échéances régulières, des responsables d’Engie“.

À voir aussi : Barbara Trachte (Ecolo) sur la prolongation du nucléaire : “Ce qui a changé, c’est la situation internationale”

La prolongation, c’est ce que les partenaires de la majorité pourraient penser. Ce à quoi le coprésident d’Écolo répond “Invitez-les. Je ne vais pas parler à leur place. L’option qui est retenue est celle-là, mais ce n’est pas à n’importe quelle condition. Par exemple, les déchets nucléaires. La gestion des déchets et du démantèlement, c’est 40 milliards d’euros. Je suppose que si Engie maintient ce qu’elle demande aujourd’hui, le transfert des responsabilités vers l’État, donc vers les citoyens, vers les impôts des gens, 40 milliards d’euros, nous continuons à dire non. J’espère que les partenaires ne vont pas céder à cette pression d’Engie.”

Retrouvez ici en intégralité l’interview de Jean-Marc Nollet

Anaïs Corbin/ Une interview par Fabrice Grosfilley

Partager l'article

20 mai 2022 - 18h56
Modifié le 20 mai 2022 - 18h56