En 2021, 736 agressions ont eu lieu contre le personnel de la Stib

Le Parlement Bruxellois a auditionné ce mardi la Stib en commission mobilité afin d’analyser la sécurité du personnel de la société de transport public. Il en ressort que malgré la baisse du nombre de voyageurs liée à la crise sanitaire, les agressions sont toujours bien présentes.

Chaque jour, au moins deux agents de la Stib sont agressés durant leur travail. 736 agressions ont été dénombrées par la société de transports en 2021. Parmi celles-ci, 111 agressions physiques et 652 agressions verbales. Les agressions physiques touchent principalement le personnel de sécurité, et ensuite les conducteurs de bus et de tram. Pour les agressions verbales, ce sont surtout les conducteurs qui sont touchés.

Au total – personnel et voyageurs compris – 1.475 agressions ont été signalées en 2021 sur l’ensemble du réseau, soit sur 274 millions de voyages.

Un phénomène qui prend de l’ampleur

Bien que le phénomène ne soit pas nouveau, la Stib tire la sonnette d’alarme, car si le nombre d’agressions est en diminution en 2020 (731) et 2021 (736) par rapport à 2018 (964) et 2019 (824), la diminution n’est pas proportionnelle à la baisse de fréquentation du réseau liée à la crise sanitaire. “Les agressions sont remontées plus vite que le nombre de voyageurs, c’est ce qui nous inquiète“, explique la porte-parole de la société de transport, Françoise Ledune.

Selon la Stib, cette violence s’explique en partie par les règles liées au port du masque, mais aussi par l’augmentation de la précarité et des personnes en errance et sous influence dans les stations.

C’est pourquoi celle-ci demande davantage d’aide extérieure : plus de présence policière sur le réseau et la prise en main par la Région du phénomène de précarité sociale. “La Stib ne peut pas faire tout toute seule. Nous prenons de plus en plus de temps à assurer la sécurité sur le réseau, alors que ce n’est pas notre travail initial“, pointe la porte-parole. 

À lire aussi | La STIB souhaite féminiser et sécuriser son réseau

Initiatives en interne

Hormis cet appel à l’aide, la société de transports a déjà pris plusieurs initiatives en interne. Celle-ci assure mettre en place un système de sensibilisation et de prévention au sein de son entreprise et compte désormais 1.000 managers formés à ces problématiques. La société propose aussi dorénavant des formations de self-défense pour son personnel. 

Au total, 16.000 caméras ont déjà été installées sur le réseau. On compte environ 3.000 demandes par an de la part des autorités pour le visionnage de ces images. 

Enfin, il faut savoir que la Stib porte plainte systématiquement et se constitue partie civile en cas d’agression sur un membre de son personnel, excepté pour les “agressions verbales légères”.

À lire aussi | STIB : les bus Noctis ont effectué près de 2,5 millions de voyages en 15 ans

Les explications de Victor de Thier sur la plateau du 12h30

Partager l'article

20 avril 2022 - 14h01
Modifié le 20 avril 2022 - 14h01