Congé dans le fondamental, hybridation en secondaire : vers une semaine particulière dans les écoles

La semaine prochaine sera en mode mineur dans les écoles du pays, suite aux décisions du dernier Comité de concertation

Maternelles, primaires ou secondaires : la prochaine semaine sera particulière dans les écoles. Plusieurs décisions du dernier Comité de concertation prennent, en effet, vigueur dès ce lundi.

► Reportage | Masque obligatoire dès six ans, écoles : voici les décisions du dernier Comité de concertation (03/12/2021)

Ainsi, dans l’enseignement fondamental (maternelle-primaire), les élèves seront déjà en vacances (des congés qui ont donc été prolongés d’une semaine), même si certains pourront bénéficier d’une garderie. Les professeurs, eux, resteront sur le pont pour encadrer ces garderies, mais “il n’y aura pas un travail scolaire [de la nouvelle matière, NDLR] qui sera entamé avec nos élèves, puisqu’on n’aura pas tous les élèves, par contre je connais mes enseignants et ils vont vraisemblablement préparer des activités de bricolage ou autre avec les élèves qui seront présents“, indique Dominique Paquot, directeur de l’école fondamentale Singelijn à Woluwe-Saint-Lambert.

Ainsi, les élèves qui peuvent être gardés par un parent à la maison pourront rester chez eux, tandis que les autres seront gardés à l’école : il s’agit par exemple d’enfants de membres du personnel médical, ou d’autres professions ne pouvant télétravailler ou prendre congé la semaine prochaine.

À l’école Singelijn, qui compte 602 élèves, une trentaine d’entre-eux seront en garderie la semaine prochaine : “ça a demandé une organisation importante, on a la chance de pouvoir fonctionner par mail collectif. On a envoyé un formulaire aux parents qui ont pu s’inscrire cette semaine. Les professeurs n’étant pas en congé, puisque l’arrêt de cours ne concerne que les élèves. Les enseignants sont amenés à continuer à travailler, à être à l’école” explique le directeur, Dominique Paquot, “la garderie a été organisée cette semaine, et la semaine prochaine ce seront les enseignants qui seront là pour garder les enfants“.

Interview de Dominique Paquot, directeur de l’école fondamentale Singelijn

Les directions fondamentales se rassemblent

Reste que la situation est loin de ravir les directions d’écoles, déjà bien occupées avant la crise, et surchargées depuis la pandémie. Ainsi, nous avons appris ce vendredi qu’un mouvement spontané s’est formé il y a trois semaines, suite à une carte blanche d’un directeur, pour regrouper pour la première fois des directions fondamentales de tous les réseaux de la Fédération Wallonie-Bruxelles. “Un rassemblement est fixé au 21 décembre à 10h15 devant les bureaux de la ministre, qui a confirmé qu’elle recevra une délégation en fin de matinée (…) Il est clair qu’on est un peu au bout du rouleau, qu’on a de grosses difficultés dans la gestion du Covid et autres, et qu’il fallait marquer le coup vis-à-vis de notre ministre“, précise Dominique Paquot.

D’autant que, pour l’heure, les chiffres de contaminations sont en moyenne en légère baisse dans les établissements scolaires : de 6.127 cas entre le 6 et le 12 décembre, contre 6.385 la semaine précédente, rapportent nos confrères de La Capitale. “J’ai eu un pic et j’ai cru qu’ils allaient fermer l’école pendant dix jours au moment où il y a eu le Codeco. C’était le moment où il y avait le plus de cas dans les écoles et le plus de classes fermées : j’ai imaginé qu’ils allaient fermer dix jours, et ramener les élèves une dernière semaine pour terminer l’année (…) Moi j’aurais plutôt fermé il y a quinze jours, mais je connais des écoles qui ont leur pic maintenant, et qui commencent à fermer leurs classes maintenant : chaque école a ses réalités, et le choix qui a été pris par le politique est un moindre mal par rapport à d’autres choix“, nuance le directeur de l’école Singelijn.

► Reportage | Port du masque dès 6 ans à l’école : une situation inconfortable pour beaucoup d’élèves (06/12/2021)

L’hybridation dans le secondaire

Du côté des écoles secondaires, l’enseignement sous forme hybride se poursuit, sauf là où des examens doivent avoir lieu. Dans d’autres établissements, comme le Collège Saint-Michel à Etterbeek, il n’y a plus d’examens depuis plusieurs années, par volonté pédagogique “donc pratiquement nous avons donné cours en hybridation jusqu’à hier, et nous sommes par contre depuis aujourd’hui en conseils de classe pour quatre jours. Les élèves ne sont donc plus à l’école depuis ce matin”, nous indique son directeur de la section secondaire, Benoît Gallez.

► Reportage | Dans les écoles secondaires, le retour à l’enseignement hybride jusqu’aux examens (03/12/2021)

Mais reste qu’il faut préparer la rentrée de janvier, sans savoir si elle aura lieu sous forme hybride ou à l’école à temps plein. “Si on reprend en normal, on reprend en normal. Sinon, on annoncera à nos professeurs qu’en cas d’hybridation on continuera à fonctionner avec le modèle qu’on a choisi. Mais si l’hybridation doit se prolonger, on relancera alors une réflexion pour voir si l’on peut travailler avec des demi-groupes, ce qui est sans doute meilleur pour la qualité des apprentissages. Les jeunes viennent alors chaque semaine deux jours, et le professeur a donc davantage l’avantage de répondre aux questions individuelles ou aux problèmes individuels“, explique Benoît Gallez.

Interview de Benoît Gallez, directeur de la section secondaire du Collège Saint-Michel

 

ArBr – Photo : Belga (illustration)

Partager l'article

17 décembre 2021 - 13h37
Modifié le 17 décembre 2021 - 18h32