Bruxelles dispose d’un nouveau centre de validation des compétences consacré au tertiaire

La Région bruxelloise et la fédération Wallonie-Bruxelles ont inauguré vendredi un nouveau centre de validation des compétences qui offrira, dans la capitale, 300 places supplémentaires pour quatre métiers du secteur administratif et commercial en 2018.

La validation des compétences permet aux personnes n’ayant pas de diplôme mais des compétences, de faire reconnaître leurs acquis par un jury de professionnels qui peut leur délivrer un titre, après examen.

En l’occurrence, il s’agit du douzième centre de validation de compétences ouvert au coeur de la capitale. On le doit au ministre bruxellois de l’Emploi, Didier Gosuin (DéFI). Celui-ci a demandé aux opérateurs du secteur de mettre en place un centre de ce type dans le secteur tertiaire, à l’époque de l’importante restructuration de la banque ING.

A Bruxelles, 85% des entreprises sont actives dans ce secteur. Pour le moment, le centre situé boulevard Adolphe Max se focalise sur les compétences d’employé administratif, employé administratif des services commerciaux et d’aide-comptable. Il étendra le champ de validation à celui d’agent d’accueil au second semestre, et envisage une validation des compétences d’opérateur de call-center en 2019.

C’est la directrice générale de Bruxelles Formation, Olivia P’Tito, qui est chargée de la coordination de la validation des compétences à Bruxelles. Selon Didier Gosuin, la validation des compétences vise à réduire la proportion des 43% de demandeurs d’emplois disposant de qualifications non reconnues et qui doivent inutilement passer par des filières de formation pour les faire reconnaître. L’ouverture de la validation dans de nouveaux métiers permettra d’atteindre en 2020 l’objectif de 2.000 titres de compétences (1.441 l’an dernier).

L’inauguration de vendredi a été organisée en présence, notamment, de Didier Gosuin, et de représentants de la ministre de l’Enseignement de promotion sociale de la fédération Wallonie-Bruxelles, Isabelle Simonis, ainsi que des directions de Bruxelles Formation et d’Actiris.

Belga