Asile et migration : les occupants du squat de la rue de la Loi se préparent à finalement quitter les lieux

L’occupation d’un squat au numéro 89 de la rue de la Loi, à Bruxelles, devrait s’achever ce week-end. Le collectif ‘Stop à la crise de l’accueil’, qui refusait de quitter les lieux en réaction à la décision de la secrétaire d’Etat à l’Asile Nicole De Moor (CD&V) de ne plus accorder de place d’accueil aux hommes seuls demandant une protection internationale, a revu sa position.

L’occupation d’un bâtiment vide de la rue de la Loi, voisin du siège du CD&V, a débuté fin avril. Les activistes réclamaient à Nicole De Moor des solutions pour la crise de l’accueil. Le collectif s’est tourné vers la justice pour contraindre la secrétaire d’Etat et Fedasil à prendre en charge l’exploitation du bâtiment. In fine, la justice de paix bruxelloise avait fixé au 31 août l’échéance à laquelle les squatteurs devaient avoir quitté les lieux. Ils avaient dans un premier temps décidé de se conformer à cette décision, avant de faire marche arrière à la suite du déploiement de forces de l’ordre à la gare du Midi et de l’annonce du refus d’accueillir des hommes seuls.

L’occupation touche désormais à sa fin, selon l’un des porte-parole du collectif. “Nous avons fixé la deadline à vendredi. Nous n’avons pas reçu d’avis d’expulsion officiel, mais le propriétaire semble de plus en plus nerveux. Nous allons donc quitter les lieux ce week-end, pour mener une nouvelle action ailleurs. Des tentes seront installées pour accueillir la centaine de personnes présentes sur place.” Le moment précis du déménagement et le lieu du nouveau campement n’ont pas encore été dévoilés.

Belga