Anderlecht : le bourgmestre Eric Tomas annonce sa démission

Le bourgmestre d’Anderlecht Eric Tomas (PS) a annoncé officiellement jeudi soir, en fin de séance du conseil communal, qu’il renonçait à son mandat à la tête de la commune. Sa lettre de démission est prête. Il en avait lui-même confirmé cette annonce à plusieurs médias en cours de journée. Comme prévu depuis plusieurs mois, son successeur sera l’échevin de l’Enseignement Fabrice Cumps (PS).

En marge de la séance, M. Tomas a rappelé que la procédure voulait que la démission soit acceptée par le gouvernement bruxellois, et communiquée ensuite au conseil communal. Cette étape permet d’introduire la candidature du successeur, Fabrice Cumps. Après vérifications, celui-ci sera appelé à prêter serment. M. Tomas restera bourgmestre jusqu’à cet acte, qui devrait être posé vers le 15 février.

Agé de 71 ans, cet ingénieur-civil-chimiste et docteur en sciences appliquées, maître de conférence à l’Université libre de Bruxelles, a une longue carrière politique derrière lui, aux niveaux local, régional et communautaire. Il milite au sein du Parti Socialiste depuis 1977 et fait ses premières armes politiques en 1980 et 1981 comme collaborateur de Philippe Moureaux, alors ministre de l’Intérieur et des Réformes institutionnelles et ensuite, de la Justice et toujours des Réformes institutionnelles.

Au niveau local, il siège au conseil communal depuis 1982. A partir de 1985, M. Tomas est député à la Chambre. En mai 1993, il fait son entrée au gouvernement de la Communauté française où il est chargé du Budget, de la Culture et des Sports.

Dans le gouvernement bruxellois Picqué II (1995-1999), il occupe le siège de secrétaire d’Etat au Logement social et au Transport rémunéré des personnes. Ils est par ailleurs chargé de la Formation professionnelle à la Commission communautaire française de Bruxelles.

Bourgmestre depuis 2012

Dans le gouvernement régional libéral-socialiste suivant (1999-2004), il est ministre de l’Economie, de l’Emploi et de la Revitalisation des Quartiers. Il préside aussi le collège de la Commission communautaire française où il conserve la Formation professionnelle. Réélu député au parlement bruxellois, en 2004, il y occupe le perchoir jusqu’en 2009. M. Tomas est bourgmestre d’Anderlecht depuis décembre 2012.

A l’issue du dernier scrutin communal d’octobre 2018, il avait été reconduit dans cette fonction mais n’avait pas fait de secret de son souhait de faire un pas de côté en cours de législature. On connaît le nom de son successeur depuis le printemps dernier.

Autre facettes de son parcours: son faible pour les communications ferroviaires l’ont aidé dans ses mandats de membre du conseil d’administration de la Stib ainsi qu’à la vice-présidence qu’il a occupée durant plusieurs années à partir de 1991. On le sait passionné par la restauration d’ancêtres automobiles, en particulier dans le registre de la voiture populaire.

M. Tomas s’est également fortement mobilisé durant plusieurs années de sa vie en faveur de la reconstruction sur le modèle conforme de l’original, d’un moulin à vent en état de fonctionner.

Belga

Partager l'article

31 janvier 2020 - 06h47