Seul un siège par vol rapporte de l’argent à Brussels Airlines

Brussels Airlines doit réduire ses coûts de 8 à 12% pour dégager une rentabilité satisfaisante, alors que la compagnie aérienne n’a enregistré qu’un très faible bénéfice l’an dernier, rapportent L’Echo et De Tijd jeudi. Sur les 154 sièges que compte en moyenne un avion de Brussels Airlines, un seul dégage du bénéfice.

L’objectif est mentionné dans une communication interne consultée par les quotidiens: “8% est la marge dont nous avons besoin pour autofinancer nos investissements actuels et prévus, comme le renouvellement de la flotte, les sièges, l’extension du réseau et le développement du personnel.”

Dans le document interne consacré au plan de transformation, baptisé “Reboot”, Brussels Airlines explique sans ambages à son personnel l’ampleur du défi à relever. A l’exception d’un siège par avion en moyenne, les revenus tirés du reste des sièges vendus servent intégralement à couvrir tous les coûts.

En se fixant un objectif de 8% de marge bénéficiaire (ebit) en 2022, la CEO, Christina Foerster, se montre très ambitieuse. La marge ebit moyenne dans le secteur aérien européen s’élève à 6%.

Le document ne mentionne pas d’économies concrètes.

Belga

Partager l'article

29 août 2019 - 06h43