L’école Eddy Merckx à Woluwe-Saint-Pierre fonctionne sans direction depuis près de 7 mois

Depuis la rentrée scolaire, les 80 professeurs de l’école Eddy Merckx sont en auto-gestion. Jusqu’à maintenant, il n’a pas été possible de trouver une nouvelle direction. Pour les représentants du personnel, cette situation ne peut plus durer car les conditions de travail des professeurs se dégradent.

Selon le syndicat, c’est le manque de soutien de la commune qui a poussé la dernière direction à jeter l’éponge. À cela s’ajoute la réforme titres et fonctions de la Fédération Wallonie-Bruxelles (entrée en vigueur le 1er septembre 2016, cette réforme vise à clarifier la correspondance entre les titres requis pour occuper une fonction dans l’enseignement fondamental) qui aurait été mal gérée et qui aurait engendré des problèmes.

Ces critiques sont réfutées par l’échevin de l’Enseignement, Serge De Patoul (DéFI), il rappelle que la gestion administrative de l’école est momentanément prise en charge par ses services. Pour le reste, c’est plus compliqué car “un directeur et un préfet doivent former un tandem. Ici, il est unique. Il y a aussi l’axe pédagogique avec un coordinateur pédagogique qui collabore, mais il n’est pas sur le site en permanence. La commune en est consciente, mais elle se retrouve sans candidats. Partout dans le secteur, on souffre pour trouver une direction”, précise l’échevin.

Pour l’instant, cette réponse ne satisfait pas les enseignants. Ils attendent une réaction rapide et concrète. Parmi leur demande, une est urgente : la désignation d’une personne fixe pour gérer toute l’administration de l’école. 
  • Un reportage de Marie-Noëlle Dinant et Marjorie Fellinger

 

Partager l'article

26 mars 2018 - 12h30