Découvrez   

Woluwe-Saint-Lambert : 74 personnes concernées par l’arrêté de police sur le coronavirus

Olivier Maingain - Belga Laurent LEfebvre

Le bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert Olivier Maingain (DéFI) dresse dans La Capitale un premier bilan de son arrêté de police, interdisant aux personnes revenues de zones à risque au coronavirus de fréquenter les lieux publics fermés de la commune.

Voici une semaine, Olivier Maingain annonçait la mise en place d’un arrêté de police interdisant à toute personne revenue d’une zone à risque au coronavirus (nord de l’Italie, Chine, Japon…) d’entrer dans un lieu public fermé de Woluwe-Saint-Lambert (maison communale, maison de repos, école, piscine, site de l’UCLouvain…). Et ce pour les quatorze jours suivant leur retour en Belgique.

Dans La Capitale, le bourgmestre DéFI dresse un premier bilan de cet arrêté de police. 74 personnes ont été concernées par cette mesure, selon les statistiques révélées par Olivier Maingain. Soit 26 élèves et 1 enseignant dans les écoles communales, 25 élèves et 3 enseignants dans l’enseignement libre, 1 membre du personnel communal, 6 personnes qui souhaitaient accéder à l’accueil des bâtiments communaux, 1 personne qui souhaitait accéder à la piscine communale, et 11 personnes qui souhaitaient assister aux spectacles prévus à Wolubilis, et qui se sont vus rembourser leur place.

Selon Olivier Maingain, la mesure est donc “justifiée” et affirme que “beaucoup de gens du personnel soignant (me) remercient pour mon arrêté”. Il a également écrit une lettre à la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block (Open VLD) pour comprendre son opposition à cet arrêté de police qu’elle avait jugé “disproportionné”.

Gr.I. – Photo : Belga/Laurent Lefebvre

Partager l'article

09 mars 2020 - 07h42
Modifié le 09 mars 2020 - 07h42