Découvrez   

La Région bruxelloise dit non au maintien d’une décharge de la SNCB sur le site de Schaerbeek-Formation

Alors que la décharge de la SNCB est de facto illégale depuis 2016, le gouvernement bruxellois a refusé d’octroyer un nouveau permis pour en autoriser la présence à l’avenir, rapporte Le Soir.

Au coeur d’une gigantesque friche, une décharge de près de 5 hectares se dresse aujourd’hui à proximité de la gare de Schaerbeek-Formation : 335.000 mètres cubes de gravats, constitués de terres et de déchets d’excavations venant des chantiers réalisés par la SNCB. Si cette décharge était légale jusqu’en 2016, son permis est expiré depuis lors, rendant le dépôt illégal. Si le gouvernement bruxellois avait l’occasion, cette semaine, de renouveler le permis, elle en a refusé l’octroi. La Région invoque notamment des raisons environnementales, dont des doutes quant à la perméabilité des sols, qui pourrait entraîner des risques de pollution.

La SNCB aura donc un an, soit jusqu’en décembre 2020, pour remettre le site en état. “Il incombe à la requérante de se conformer à son obligation de remise en état dans les délais visés par l’arrêté, soit 12 mois, pour entamer les travaux d’évacuation des terres, et 24 mois pour en achever l’exécution et remettre le terrain dans son pristin état” a ainsi déclaré le cabinet de Pascal Smet (one.brussels), secrétaire d’Etat en charge de l’Urbanisme, au journal Le Soir.

Le site devrait donc être disponible d’ici fin 2021. La friche où se trouve la décharge étant, à l’heure actuelle, la plus grande réserve foncière disponible dans la capitale, le gouvernement bruxellois y prévoit déjà un projet de réaménagement.

Arnaud Bruckner – Photo : Google Maps

Partager l'article

29 décembre 2019 - 13h33
Modifié le 29 décembre 2019 - 13h33