Clerfayt dénonce le stationnement problématique des bus internationaux à côté de la gare du Nord

Des bus qui bloquent la route, des nuisances diverses ou encore des problèmes de sécurité, Bernard Clerfayt, bourgmestre de Schaerbeek, dénonce des difficultés engendrées par le trafic des bus internationaux rue du Progrès, à côté de la gare du Nord.

De plus en plus d’autocars d’entreprises privées viennent se stationner sur la voie publique rue du Progrès, proche de la gare du nord, sans aucune autorisation officielle, rapporte le quotidien bruxellois La Capitale. A l’heure où le nombre de bus internationaux se multiplie, aucun dispositif spécifique privé ou de terminal routier n’est mis en place. Le bourgmestre schaerbeekois compte réunir les différents opérateurs privés en janvier en voie de trouver une solution.

Flixbus, Eurolines et Ouibus sont les trois grandes entreprises qui desservent Bruxelles. “Quotidiennement, environ 160 autocars arrivent à Bruxelles, dont la moitié, en transit vers une destination aux Pays-Bas, en Allemagne, en France ou en Angleterre. Bruxelles est devenue un carrefour important sur les itinéraires internationaux “, s’est exprimé le ministre de la Mobilité Pascal Smet (Sp.a) à l’occasion d’une réunion de commission au parlement.

Manque d’autorisation officielle et problèmes de sécurité

Bernard Clerfayt (DéFI) s’est à son tour exprimé et dénonce le manque d’autorisation officielle pour l’utilisation de la rue du Progrès comme zone de stationnement. Différents rapports qu’il a reçu énumèrent des problèmes : “certains de ces bus empiètent sur les trottoirs. Ensuite, j’ai reçu des plaintes du ministère des Finances voisin qui fait état de difficultés de leur personnel pour arriver à leur parking. Il faut savoir que ces bus sont parfois garés en double file”. Il pointe également des problèmes de sécurité. « Comme rien n’est organisé, la traversée des passagers (devant ou derrière les bus) peut s’avérer dangereuse. On m’a signalé aussi la présence de pickpockets, qui cherchent à voler les passagers. Sans compter la présence de migrants qui cherchent parfois à s’accrocher à un bus. »

En janvier, une décision devrait être prise puisque le bourgmestre schaerbeekois réunira les différentes entreprises. Si aucune solution n’est trouvé, il n’hésitera pas à interdire le stationnement dans le rue du Progrès.

 

Trouvez un emploi avec Stepstone :