Zoubida Jellab (Ecolo): “Entrer au conseil d’administration de Gial ne suffit pas”

La conseillère communale d’opposition déplore de nombreuses ASBL “opaques” qui “échappent au contrôle démocratique” dans la capitale.

Un conseil communal aura lieu ce lundi après-midi à la Ville de Bruxelles. L’affaire Gial devrait cristalliser les débats alors que le bourgmestre Philippe Close a annoncé l’ouverture du conseil d’administration de l’ASBL à l’opposition. Pour en parler, Zoubida Jellab (Ecolo) était l’invitée de l’Interview ce lundi à 12h45. “Cette annonce me fait rire, explique la conseillère communale. Depuis une semaine, il y a plein de choses qui se passent. Quand l’affaire a éclaté, j’ai envoyé des mail à l’échevin en charge de l’ASBL pour avoir accès à des documents mais je n’ai même pas eu de réponse.” “Il n’y a ici aucune transparence ni respect de l’opposition. Nous avons donc demandé la mise en place d’une commission spéciale.” La conseillère communale rappelle que depuis le scandale du Samusocial, Ecolo plaide pour entrer dans les conseils d’administration des ASBL bruxelloises. “Nous voulons donc à la fois la commission spéciale et entrer dans le conseil d’administration de Gial et d’autres ASBL“, poursuit-elle.

Si, selon Philippe Close, plus de 450 mandat ont été supprimés à la Ville, Zoubida Jellab affirme ne pas pouvoir confirmer ce chiffre. “Je n’ai toutefois pas vu de grands changements (…) Il y a une centaine d’ASBL qui gravitent autour de la Ville. Ces structures sont opaques, elles échappent au contrôle démocratique. Et ça, ça ne va plus (…) On n’a pas encore fait ce travail de nettoyage dans les ASBL.

Deux semaines après les arrestations à l’ASBL culturelle Globe Aroma, la conseillère communale dénonce une histoire “affolante“. “Je ne comprends pas, explique-t-elle. C’est une ASBL soutenue par l’échevine de la culture mais la police de Bruxelles accepte de l’inscrire sur la liste des association à surveiller“.

T.D.

 

 

Partager l'article

26 février 2018 - 13h13