Catherine Moureaux veut trouver une solution pour la Voix des sans-papiers

Nonante personnes sont menacées d’être expulsées le 5 décembre.

Nonante personnes appartenant au collectif la Voix des sans-papiers (VSP) qui, depuis le 21 octobre dernier, occupent un bâtiment vide de la rue Vandenboogaerde à Molenbeek-saint-Jean, sont menacées d’en être expulsées le 5 décembre prochain. Vendredi, la police est en effet venue leur signifier une ordonnance d’expulsion, indique samedi le collectif. VSP espérait pouvoir conclure une convention d’occupation précaire avec les propriétaires du bâtiment, le temps que les travaux qui y sont prévus démarrent effectivement.

La Voix des sans-papiers dénonce une revirement de situation inquiétant. Le 21 novembre dernier, lors d’une interpellation citoyenne au conseil communal de Molenbeek-saint-Jean, le Collège communal lui avait répondu que les conditions d’une expulsion n’étaient pas réunies.

“L’arrivée au pouvoir de la nouvelle majorité change la donne”

Contre toute attente, et alors que le propriétaire n’a toujours réalisé aucune des démarches obligatoires préalables au début des travaux, la police communale s’est présentée à l’occupation le vendredi 30 novembre pour prévenir de l’imminence de l’expulsion. Les autorités communales se sont jusqu’à présent montrées constructives et soutenantes vis-à-vis des occupants mais il semblerait que l’arrivée au pouvoir de la nouvelle majorité change la donne. Or, le collectif n’a actuellement aucune solution de relogement“, indique la Voix des sans-papiers.

Les membres du collectif risquent donc d’être mis à la rue le jour du conseil communal où l’ensemble des nouveaux conseillers prêtent serment. Afin d’éviter d’en arriver à de tels extrêmes, une tierce opposition sera introduite ce lundi devant le tribunal de première instance francophone de Bruxelles pour contester l’ordonnance d’expulsion qui avait été rendue sur requête unilatérale en extrême urgence“, conclut-elle.

L’opposition PTB-Ecolo a quant à elle indiqué qu’elle introduira un point en urgence sur la question lors du premier conseil communal qui aura lieu ce mercredi 5 décembre.

Catherine Moureaux veut trouver une solution

La nouvelle bourgmestre assure que ce dossier est prioritaire et explique que la police n’agit pas ici sous ses ordres, mais en respect de l’autorité du tribunal. “Nous sommes en train de travailler pour essayer de faire en sorte que ces personnes aient un toit pour tout l’hiver.

Belga

• Reportage de Sabine Ringelheim et Nicolas Scheenaerts

 

Partager l'article

04 décembre 2018 - 10h00