Visite du Tunnel Leopold II avant le début des travaux : voici comment le chantier va se dérouler

Les travaux préparatoires en vue de la fermeture complète du tunnel Léopold II cet été à Bruxelles sont actuellement en cours. Mercredi soir, Maarten Heirbrant, l’un des principaux chefs de chantier, a donné à la presse quelques explications sur ce projet d’ampleur, une rénovation en profondeur qui prendra 39 mois. “En dehors des structures brutes, tout va être rénové“, assure-t-il.

Lors des prochaines nuits, le tunnel sera préparé, entre 22h00 et 06h00 du matin, pour sa fermeture complète qui interviendra le 1er juillet et pour les années de travaux qui vont suivre. Un éclairage temporaire doit être installé, et les câbles électriques seront déplacés, sur des structures le long des murs, de manière à ce qu’ils ne gênent pas les travaux au plafond et sur la route, menés par le consortium Circul 2020 (Jan de Nul, Besix, EngieFabricom).

► Lire aussi : Découvrez sur notre carte interactive toutes les déviations et alternatives prévues dès lundi

En attendant que le tunnel soit complètement fermé, dès juillet donc, la préparation ne se fait que durant la nuit, pour quelques jours encore. “Nous pouvons fermer le tunnel intégralement en une vingtaine de minutes, mais nous perdons ensuite encore une demi-heure pour faire rentrer tout le monde dans le tunnel et pour que chacun prenne sa position de travail“, précise Maarten Heirbrant, au sujet de la colonne de véhicules de chantier qui doivent à chaque fois intégrer l’endroit pour entamer les tâches du jour.

Une fois qu’il est 05h00 du matin, tout le monde doit déjà commencer à quitter le tunnel, pour que nos véhicules soient sortis à 05h45 et qu’à 06h00, les premiers automobilistes puissent passer. Nous n’avons donc que six à sept heures productives dans une nuit“, ajoute-t-il.

Les choses sérieuses débuteront ensuite avec, durant la fermeture estivale du 1er juillet au 31 août, l’enlèvement intégral d’une couche de peinture recouvrant le mur, qui contient à certains endroits de l’amiante.

En kilos, on ne va pas enlever beaucoup d’amiante, mais en surface et en longueur ce sera beaucoup. Le tunnel est long de 2,6 kilomètres et le mur sur lequel est la peinture à enlever parcourt tout le tunnel, des deux côtés et dans les deux sens. Cela fait plus de 10 kilomètres“, indique Maarten Heirbrant.

► Lire aussi : Découvrez sur notre carte interactive toutes les déviations et alternatives prévues dès lundi

Une machine spéciale, comportant une hotte aspirante, va être utilisée. Elle ne crée pas de poussières durant l’enlèvement de la peinture, ce qui est essentiel puisque l’amiante se trouve dans ces particules. Les deux fermetures estivales suivantes vont voir les ouvriers se consacrer au revêtement de la route, soit quelque 50.000 m². Durant l’année, quand les travaux ne se feront que de nuit, c’est surtout le plafond du tunnel, et ses alentours, qui feront l’objet d’un toilettage approfondi.

Pendant l’année, on va s’attaquer au plafond. On doit y faire des réparations dans le béton, par rapport à l’étanchéité, ou à l’armature visible. En surface, nous allons construire de nouvelles cages d’escalier et en rénover des anciennes. Le tunnel n’en a pas assez pour le moment, pour les évacuations, donc nous allons en créer 17 nouvelles. La ventilation et l’éclairage seront complètement restaurés.

Durant l’été, 200 personnes seront actives de manière permanente dans le tunnel Léopold II. Durant les fermetures uniquement nocturnes, 70 ouvriers y sont au travail. (avec Belga)

■ Reportage d’Alexis Gonzalez et Charles Carpreau

Partager l'article

28 juin 2018 - 17h30