Veviba : voici en intégralité le rapport de l’Afsca qui a été transmis au Parlement

Le rapport de l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) sur l’entreprise Veviba a été transmis lundi après-midi au Parlement, a annoncé le cabinet du ministre de l’Agriculture Denis Ducarme.

Le ministre Denis Ducarme avait annoncé lundi matin, en fin de séance des commissions Économie et Santé publique, qu’il attendait le feu vert du parquet pour transmettre le document aux parlementaires. “Le rapport de l’Afsca en substance et en annexe, à l’exclusion d’une annexe considérée comme couverte par le secret de l’instruction par le parquet, est donc transmis au Parlement”, précise le communiqué du ministre.

Lire aussi : Les éleveurs et agriculteurs ont manifesté à Bruxelles et rencontré Charles Michel (vidéo)

L’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) est intervenue plusieurs fois pour accélérer l’instruction du dossier Veviba, indique-t-elle dans ce rapport.

Fin septembre 2016, l’AFSCA a été informée par les autorités kosovares d’irrégularités dans le transport de viande congelée en provenance de Veviba à Bastogne. Elle a envoyé le 3 octobre un inspecteur sur place, qui a confirmé l’“adultération” des étiquettes sur le viande, notamment le remplacement des étiquettes mentionnant des dates plus anciennes par des étiquettes avec des dates de congélation plus récentes. “À aucun moment dans le rapport de cette enquête n’a été cité le mot ‘avarié'”, souligne l’Afsca qui précise que ce type de fraude ne présente pas de risque pour la santé publique mais poursuit un but commercial.

“Des mesures sanitaires prises début mars”

L’information a été communiquée au ministère public et un juge d’instruction a été désigné. Il a toutefois fallu attendre le 28 février 2018 pour qu’une perquisition de grande ampleur soit menée, permettant de découvrir d’autres fraudes. “Il convient de clarifier que s’il y avait eu pendant l’instruction la moindre indication de l’existence effective d’un risque pour la sécurité de la chaîne alimentaire, des mesures auraient été prises immédiatement”, indique l’Afsca. Des mesures sanitaires seront d’ailleurs prises début mars à la suite de la perquisition du 28 février en raison des nouvelles fraudes détectées. “Un cas comme celui de Veviba montre cependant les limites d’une telle approche”, note encore l’AFSCA pour qui il faut repenser la manière dont de telles enquêtes seront abordées à l’avenir.

Une nouvelle séance des commissions Economie et Santé publique est programmée mercredi matin en présence des ministres concernés par l’affaire Veviba et un représentant de l’Afsca. En parallèle, la mise en place de deux audits a été approuvée vendredi dernier par le conseil des ministres: sur le fonctionnement interne et les structures de l’Afsca ainsi que sur sa politique de contrôle.

Avec Belga – Photo : illustration Belga

 ■ Duplex de Michel Geyer et Marjorie Fellinger.

Partager l'article

19 mars 2018 - 18h06