Un millier de femmes au centre-ville pour “récupérer l’espace public”

Près d’un millier de femmes se sont rassemblées en musique vendredi en fin d’après-midi devant la gare centrale de Bruxelles, avant de prendre part à une “marche mondiale des femmes”.

Arborant un accessoire mauve pour la plupart, les participantes ont entamé à 17h30 le parcours qui les conduira jusqu’à la place du Luxembourg. Dans la bonne humeur, environ un millier de femmes se sont élancées depuis la gare centrale pour “récupérer l’espace public”, entre autres revendications portées par le Collecti.e.f 8 mars, avec le soutien de la CSC et de la FGTB. Outre le mauve, couleur associée au féminisme, le vert et le rouge des syndicats étaient bien visibles dans la foule, qui compte aussi plusieurs hommes.

“Solidarité avec les femmes du monde entier”, crient les manifestantes. Leurs pancartes affichent des slogans comme “Mon corps est à moi”, “Le féminisme n’a jamais tué” ou “Toutes unies, nous transformons la peur en force”. Cette manifestation est organisée à l’issue de la première grève des femmes en Belgique. Toute la journée, des activités de sensibilisation ont eu lieu Carrefour de l’Europe à Bruxelles et un peu partout dans le pays. À 14h00, chaque personne “s’identifiant et/ou étant identifiée comme femme” a été invitée à “faire du bruit”, où qu’elle se trouve.

“Rendre visible” le travail des femmes

Le Collecti.e.f 8 mars et les associations qui ont rejoint l’action de la marche mondiale des femmes veulent “rendre visible” le travail des femmes, sur le plan professionnel mais aussi dans la sphère privée. Les manifestantes déplorent les discriminations sur la base du genre, les violences physiques et psychologiques ainsi que les stéréotypes sexistes.

Belga

Partager l'article

08 mars 2019 - 18h23