Survol de Bruxelles : le service de médiation de l’aéroport a reçu près de 95 000 plaintes en 2018

Le service de médiation de l’aéroport national a remis un rapport ce jeudi  au ministre fédéral de la Mobilité. Il y formule cinq propositions concrètes pour améliorer le quotidien des Bruxellois survolés. 

Le service a traité près de 95 000 plaintes en 2018. Un chiffre qui représente une diminution de 28%  par rapport à l’année 2017.  “Je ne me réjouis pas de la baisse car c’est toujours 94 000 plaintes qui arrivent de 1500 personnes qui sont perturbées dans leur vie quotidienne par des survols d’avion”, explique Philippe Touwaide, le directeur du Service de médiation pour l’aéroport, sur le plateau de #M.

Parmi les propositions émises dans le rapport, “Il y a entre autres l’élimination des gros porteurs; essayer que les gros porteurs ne décollent pas entre 20h et 8h du matin ; réactiver le fonds des actions des expropriations; poursuivre la construction du mur anti-bruit et du hall d’essai des réacteurs et enfin respecter les décisions de justice et appliquer le règlement”, précise-t-il.

Ghislaine Weissgerber est l’une des Bruxelloises survolées. Elle habite Schaerbeek. Elle aussi a soumis plusieurs plaintes. Pour elle, ces propositions sont du “Touwaide washing”. Elles sont insatisfaisantes “car ce sont des épiphénomènes pour un problème de fond. Il suffirait de revenir aux normes de vent avant la plan Anciaux, déjà ça changerait tout.  Il suffirait de creuser les raisons pour lesquelles cette mention sur les conditions exceptionnelles sur certaines routes a été supprimée des AIP. C’est comme si on touchait à un texte de la constitution”. 

Partager l'article

25 avril 2019 - 19h20