Sport : les communes veulent leurs subsides

À travers les différentes communes bruxelloises, les échevins des Sports réclament les subsides qui leur sont dévolus, mais qui sont aujourd’hui bloqués, malgré qu’ils aient été validés par la Région dans le cadre des plans triennaux.

Interrogé par nos confrères de La Capitale, le président de la conférence bruxelloise des échevins des Sports, Benoît Gosselin (cdH), a ainsi expliqué que, si les plans triennaux des différentes communes, s’élevant à 45 millions d’euros, ont bien été rentrés à l’administration et remis au ministre de tutelle, Bernard Clerfayt (DéFI), “le point n’est pas à l’ordre du jour du gouvernement ce jeudi. On espère qu’il passera en urgence ou avant le 31, sinon les subsides de 2019 seront perdus. Or les communes ne peuvent plus faire ces dépenses sur fonds propres“.

En effet, plusieurs projets d’équipements sportifs sont aujourd’hui bloqués. “Nous, on attend un subside pour rénover la ventilation du hall de notre piscine“, déclare-t-on du côté de Woluwe-Saint-Pierre. Un investissement qui s’élève à plus de 2,1 millions d’euros, et qui nécessite le subside de 500.000 euros demandé à la Région. Alexandre Somma, président de la piscine, a réagi auprès de BX1 : “Nous suivons de près la situation à Uccle. Des subsides régionaux ont été consentis à la Piscine Longchamp à l’époque. Nous apprenons aujourd’hui que l’enveloppe est presque vide. Nous avions prévu de réaliser d’importants travaux d’amélioration de notre infrastructure grâce à ces subsides. Nous ne comprenons pas ce revirement soudain et nous sommes inquiets face à cette situation. Nous espérons que le problème va se solutionner avec le ministre“.

Mêmes craintes du côté de Woluwe-Saint-Lambert, où la piste d’athlétisme du stade Fallon doit être rénovée, ou encore Uccle et sa piscine Longchamp et Jette pour son terrain de mini-hockey.

Contacté par la DH, Bernard Clerfayt a répondu qu’il manquait de fonds nécessaires, et ne peut donc rien promettre. “Ma prédecesseuse, Fadila Laanan, a lancé un grand appel à projet en 2018 sans libérer le crédit nécessaire pour les subsidier. Quand j’ai découvert l’état du budget, il ne restait que deux millions d’euros alors qu’il y en avait sept dans le passé. Avec ce dont je dispose, je pourrai à peine payer les factures du passé qui vont nous revenir. Je dois attendre un réajustement du budget bruxellois avant de pouvoir répondre aux demandes des communes“, a ainsi déclaré le ministre.

Arnaud Bruckner

Partager l'article

19 décembre 2019 - 10h49