Le silence imposé aux femmes victimes de mutilations génitales est un crime

Plus de 200 millions de femmes dans le monde ont été mutilées sexuellement, excisées, infibulées et, chaque année, on estime que près de 3 millions de fillettes et de jeunes femmes sont victimes de ces supplices, indique lundi l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Le silence sur ces violences qui portent cruellement atteinte à l’intégrité physique et psychologique des filles et des femmes, à leur santé et à leurs droits les plus fondamentaux, est aussi criminel que ces pratiques elles-mêmes“, déclare Michaëlle Jean, secrétaire générale de la Francophonie.

L’élimination de toutes les pratiques préjudiciables, telles que mariage des enfants, mariage précoce ou forcé, et la fin des mutilations génitales féminines d’ici à 2030 constituent l’article 5 des objectifs de développement durable à l’énoncé desquels l’OIF a contribué.

N’attendons pas 2030, les résolutions et les appels s’additionnent, mais c’est maintenant et chaque jour qu’il faut agir, légiférer, sévir, éduquer, sensibiliser“, renchérit cependant Michaëlle Jean. “Dans plusieurs pays, y compris de l’espace francophone, le laxisme fait encore des centaines de milliers de victimes d’une année à l’autre“.

Belga.

Partager l'article

05 février 2018 - 14h26