Découvrez   

Serge Crevecoeur, du Brussels à Gravelines-Dunkerque: “Je ne suis pas un magicien”

Serge Crevecoeur a été présenté ce jeudi par son nouveau club de Gravelines-Dunkerque en Pro A française. Le mentor du Brussels quitte ainsi le club de la capitale quelques mois plus tôt que prévu pour tenter une opération maintien en France.

Serge Crevecoeur succède au Français Eric Bartecheky et affrontera pour son premier match, son ancien club de Pau-Lacq-Orthez le 28 février. “Serge Crevecoeur arrive dans le Nord dans le but de retrouver une dynamique positive avec le groupe. Il aura 11 finales à disputer dans la mission maintien“, a commenté son nouveau club. Gravelines-Dunkerque occupe la 17e et avant-dernière place dans le championnat de France et se bat pour son maintien.

Serge Crevecoeur a signé jusqu’à la fin de la saison. “C’est un club important du basket français, ça ne laisse personne indifférent“, a confié le Bruxellois à la Voix du Nord, ajoutant aimer les challenges. “Le championnat français est d’un autre niveau que le championnat belge. J’étais dans une situation très confortable au Brussels, mais si on ne sort jamais de sa zone de confort, on ne peut pas progresser.”

Serge Crevecoeur avait annoncé fin janvier qu’il quitterait le club bruxellois à la fin de la saison, ne faisant dès lors qu’avancer la date de son départ de quelques mois, d’autant que la situation du club bruxellois en matière d’infrastructure notamment et de perspectives d’avenir n’a pas évolué. Le coach belge s’offre ainsi un nouveau défi, celui de maintenir le club nordiste. “Je ne suis pas un magicien“, a commenté Serge Crevecoeur en conférence de presse jeudi matin. “Je ne sais pas faire des tours de magie, je ne suis pas Superman. Tout ce que je connais, c’est le travail en équipe. C’est toujours ce que j’ai fait dans ma vie. Jamais tout seul, mais avec des gens, des compétences qui sont là autour du groupe. C’est compliqué de perdre pour un sportif. Ce qu’il faut faire, c’est gagner rapidement avoir un peu d’énergie et de sérénité. C’est vraiment ça que je veux apporter, de la sérénité“.

Serge Crevecoeur, 48 ans, avait déjà tenté à l’aube de la saison 2017-2018 une première expérience à Pau-Orthez, précisément, également, en Pro A française aussi. Une expérience qui n’avait pas duré très longtemps, quelques mois. La cheville ouvrière du club bruxellois était revenu rapidement au chevet de ‘son’ Brussels. Il avait été remplacé alors par Laurent Monier à la tête du groupe. Ce sera le cas encore cette fois.

Serge Crevecoeur avait débuté au Brussels en 2008, alors que le club s’appelait encore l’Excelsior Bruxelles et végétait en troisième division. Sous sa direction, le Brussels a accédé à la première division en 2013 et disputé les playoffs pour la première fois en 2016. Lors de la saison 2016-2017, en plus d’une première apparition sur la scène européenne en FIBA Europe Cup (élimination en phase de groupes), les Bruxellois ont atteint pour la première fois de leur histoire la finale du championnat de Belgique, perdue 3 victoires à une contre Ostende. En championnat cette saison, dans une ligue fermée, le Brussels occupe la 8e et anté-pénultième place avec 6 victoires en 16 rencontres.

Belga 

Partager l'article

20 février 2020 - 15h45
Modifié le 21 février 2020 - 16h37