Remboursements, transparence… Voici les grandes recommandations du rapport de la commission d’enquête Samusocial

Le bureau de la commission d’enquête sur la gestion du Samusocial a présenté mercredi matin son projet de rapport soutenu unanimement par les représentants des groupes du parlement bruxellois qui en font partie.

Le document d’une centaine de pages dénonce notamment une gestion lacunaire de l’ASBL, non proportionnée à la taille de cet outil d’hébergement et d’aide aux sans abri, et une logique de conflits d’intérêts dans le chef de ses chevilles ouvrières, Yvan Mayeur et Pascale Peraïta, alors aux responsabilités à la Ville.

Le rapport contient également trente recommandations qui visent à remédier aux lacunes observées en matière de contrôle, que ce soit dans le chef de l’inspection des finances ou des pouvoirs subsidiants, à savoir la Commission Communautaire Commune de Bruxelles, mais aussi le fédéral.

Lire aussi : Notre dossier complet sur le Samusocial

Parmi ces recommandations, on retrouve notamment le remboursement des jetons de présence indûment perçus entre 2006 et 2014. Soit près de 350.000 euros répartis entre 12 administrateurs. Pascale Peraïta avait notamment touché près de 110.000 euros de jetons de présence durant cette période, tout comme Yvan Mayeur. L’ancienne directrice du Samusocial et présidente du CPAS de Bruxelles ainsi que l’ancien bourgmestre de Bruxelles avaient toutefois annoncé lors de leur audition qu’ils ne rembourseront pas ces montants, estimant n’avoir commis “aucune faute”.

Le rapport de la commission d’enquête préconise notamment de prévoir la gratuité des mandats, de mettre en place un système de contrôle interne, de dresser un inventaire des dons en nature ou encore de plafonner les rémunérations. (Gr.I. avec Belga – Photo : Belga/Thierry Roge)

■ Un reportage de Michel Geyer et Thierry Dubocquet.

Partager l'article

21 février 2018 - 16h45